Faire face à un séisme à Vinon : un scénario bien huilé (2/2)

Exercice national sismique  à Vinon sur Verdon le 17 Janvier 2012.

 C’est la première fois u’un tel exercice se fait sur Vinon.

Claude Cheilan, en retour – à chaud –  d’exercice estime que la mise en situation a été correctement effectuée. Rappelle que nous sommes sur la faille sismique la plus élevée de France (voir Lambesc en début de 20ème siècle). Le risque nucléaire n’est pas à prendre à la légère, mais ce n’est pas comparable à Fukushima, bien sûr..

D’ici quelque temps, il y aura à Cadarache d’autres réacteurs qui représenteront d’autres dangers, et ITER, qui pourrait provoquer des fuites de gaz, sur lequel on a peu d’éléments.

On se rend compte que l’on n’a pas tout en mains,, et dans l’urgence, c’est problématique (par ex. .les  n° urgence pas directement sous la main). Pour Vinon, c’est une formation et une mise en sécurité, mais il y a du travail à mettre en place (passer  les infos à la population, alors qu’il n’y a ni portables, ni électricité. Comment calmer la panique de la population, faire appel aux médecins et infirmières..) En interne, on a encore beaucoup de travail pour se préparer. Et surtout, nos pompiers ne sont pas préparés aux risques nucléaires, ceux des Bouches du Rhône le sont, mais nous sommes dans le Var. Cependant, à force de le demander, on finira bien par obtenir cette formation. Stéphane Roch, Chef du Centre des Pompiers, reprend les grandes lignes de l’opération : tremblement de terre et risque nucléaire, identification des risques, comment faire arriver les secours si les routes sont coupées : voie aérienne ? Instauration de deux cellules : réflexion et action, cette dernière faisant remonter les infos à la cellule réflexion, qui analysera et réfléchira à la thématique à mettre en place ; Un seul patron : le maire, assisté d’un conseiller technique pour l’aider (pompier), et surtout qu’il soit isolé, il ne doit pas être perturbé (pas dans la même salle que le PC).Les liaisons ont été bien faites, chacun a joué le jeu, mais était-ce le bon jeu ? Préciser ce qu’on attend de tous les acteurs. Quelques failles sur les « retours » de certaines instances concernées.

Maïté Noé, élue locale et adjointe sécurité, ancien pompier, préfère reparler de cet exerce « à tête reposée », elle a « emmagasiné » et veut réfléchir à ce que l’on peut améliorer sur chacun des postes définis. Elle voudrait surtout faire un exercice impliquant étroitement la population, d’autant plus qu’ici cette population est habituée à vivre à côté de Cadarache, et est moins sensible aux risques.

Tous les participants : services techniques Police Municipale, Pompiers, Comité des Eaux et Forêts…   sont remerciés pour leur grande capacité à s’être impliqués sans imites dans cet exercice.

Josette Boudier.

Claude Cheilan Maire de Vinon sur Verdon

Laisser un commentaire

*


Commentaires récents
Archives