Archives d’un auteur

Il reste 170 jours avant la fin de l’année, combien avant la fin de ce système?

BPHwBEzCUAAXgkJ

À la date du 14 juillet 1789, en rédigeant son journal intime, le roi qui revenait d’une partie de chasse, écrira pour cette même date : « Rien » car il était revenu bredouille de la chasse. Rappelons nous le pis-aller d’une princesse à qui l’on disait que les paysans n’avaient pas de pain, et qui répondit : « Qu’ils mangent de la brioche », illustrant ainsi la distance sociale qui existait entre les classes populaires et la noblesse. Plus prêt de nous, ne nous a-t-on pas parlé de … La France d’en bas, pour mieux nous rappeler que l’émetteur était lui, de la France d’en haut?

Il suffit de reprendre les dernières affaires: Clearsteam, Cahuzac, Bygmalion, Guerini, Le Guen, Vallini, Pelletier, Lamblin, Andrieux, Balkany, Piolle … la liste complète serait malheureusement trop longue à publier, sans prendre le risque d’en oublier, pour constater que ces « décideurs » hier nobles sont complètement déconnectés de la réalité quotidienne du petit peuple, de la plèbe comme ils aiment à dire dans leurs soirées mondaines en dégustant les blinis-bio qui accompagnent saumon et oeufs d’esturgeons, sauvages.

24000€ de billets d’avion, 60 millions d’€ de communication, 8500€ de salaire pour un médiocre thuriféraire, 600 000€ cachés ailleurs, 12 000€ par jour de frais de bouche au Palais? C’est la norme dans les hautes sphères … quand 8,7 millions de nos concitoyens sont marginalisés.

BPHkIbsCYAAZTGdNos grands parents se sont-ils battus pour mettre en place cette oligarchie de fait et institutionnelle? S’appuyant sur des lois, souvent faites sur mesure, pour tirer d’un mauvais pas, les plus crétins qui se seraient fait prendre? Oligarchies qui nous ont jeté dans une société ouverte à tous les « citoyens » mais où en fait ce pouvoir est confisqué par une petite partie de ceux-ci. J’essaye de mettre mon fils aux cheveux longs et aux idées courtes à la tête de la plus grande zone d’entreprises de France, je mets ma fille à la direction générale d’une collectivité, je coopte mon neveu à la tête d’une institution, je place mon frère à un poste clef … non pour leurs compétences ou leurs mérites mais, simplement pour continuer à bénéficier de la prérogative de la puissance publique ou de tout autre pouvoir de fait.
Les faits sont têtus et il est facile de constater que depuis des décennies, le seul souci de ces « dirigeants » est de conserver leurs avantages. Il y a belle lurette que notre « Vivre ensemble » ne les soucie plus. L’État s’est ruiné dans un siècle funeste, et ils se disputent à qui prendra le reste !

Après on s’étonne, on vilipende, on condamne de jeunes gens, à peine sortis de l’adolescence, quand ils chantent, hurlent « Mais qu’est ce qu’on attend, pour foutre le feu? ». On devrait plutôt les remercier de ne pas l’avoir encore fait.

Il n’y a que pour le saumon et le caviar que le label sauvage est apprécié de ces politichiens, de ces grands commis de l’État, de ces serviteurs qui pillent la maison FRANCE.

0323-1878-smallClaude Monet (1840-1926)

Rappelons nous ce que faisait dire Victor Hugo à Ruy Blas en 1838.
« Bon appétit Messieurs
Ô ministres intègres !
Conseillers vertueux ! Voilà votre façon
De servir, serviteurs qui pillez la maison ! Lire la suite de cette entrée »

Presse qui roule pas vraiment cool.

Ce matin à l’entrée du site Nice matin, on pouvait facilement constater que le ton monte chaque semaine un peu plus, entre un groupe de presse français basé en Suisse et des salariés qui connaissent mieux que personne la réalité de la situation.

20140627_112321

Là comme ailleurs depuis des décennies, leurs profits passent avant la vie des gens. Pour gagner toujours plus d’argent (public) ces « décideurs » sont prêts à fracasser le quotidien de familles entières. Le pire c’est que des cadres trouvent le moyen de les défendre, d’expliquer l’inexplicable, en demandant au « petit personnel » d’accepter l’inacceptable.

À force de laisser faire pour espérer des publi-rédactionnels de complaisance, les politiques se retrouvent aujourd’hui avec ce qu’il est convenu d’appeler … « un bâton merdeux ». Pour avoir longtemps fermé les yeux sur une évasion fiscale connue de tous, on se retrouve aujourd’hui avec des images fortes et choquantes, car il est choquant de voir des mannequins se balancer au bout d’une corde. Oui c’est violent! Mais envoyer des centaines de familles aux marges du marché du travail pour assouvir la cupidité de quelques uns, ne l’est pas moins.

IMG_2422

Loin des idées de Théophraste Renaudot, à l’opposé de Monsieur Michel Bavastro jugé en son temps trop « paternaliste », la direction du groupe a accueilli en son sein des financiers, des énarques, des forts en thème. Là comme ailleurs, ces braves « intellichiants » à lunettes n’ayant pas la moindre expérience du terrain, auront mis moins de 15 ans à casser un titre de presse créé en 1949.

Quel gâchis !

Laurent di Gennaro

STOP TAFTA ! TAFTA (1), GMT (2), PTCI (3)

Autant de sigles méconnus du grand public qui désignent le « Grand Marché Transatlantique » négocié depuis le mois de juillet 2013 dans le plus grand secret entre l’Union Européenne et les États-Unis d’Amérique et sur lequel le Parlement européen devra prochainement se prononcer.

Il est urgent d’alerter la population et de dialoguer avec les élus locaux sur les dangers potentiels d’un tel accord de libre échange.
Ce sont les objectifs que s’est assignés le collectif « Stop TAFTA 83 » que nous venons de créer, collectif composé de citoyens, d’associations, de syndicats, et d’organisations politiques*.

Nous voulons ouvrir les portes derrière lesquelles se cachent dirigeants européens et américains pour faire aboutir un projet non demandé par les peuples.

Ce projet de Grand Marché Transatlantique vise à donner un souffle nouveau à un système en crise en créant le plus grand marché mondial de circulation de marchandises et de capitaux. Mais cette mesure n’est qu’un palliatif supplémentaire qui, une fois de plus, ne résoudra pas les problèmes de fond.

Pourquoi « Stop TAFTA 83 »

Si un tel accord voyait le jour, de nombreux verrous céderaient. Ce serait l’ouverture de nos frontières aux OGM, à la viande aux hormones ou clonée, au poulet lavé au chlore, la mort programmée de notre agriculture au profit des multinationales de l’agroalimentaire, la porte ouverte à l’exploitation des gaz de schiste …

Ce serait aussi la mise en danger de notre code du travail, de nos conventions et de nos statuts, de notre protection sociale, de nos normes environnementales. Ce serait donc l’impossibilité de réaliser une transition énergétique et écologique dont l’urgence est maintenant manifeste.
Tout cela au nom de la libre circulation des marchandises, de la liberté d’investir et d’une concurrence libre et non faussée.

Cerise sur le gâteau : le projet envisage d’imposer des tribunaux d’arbitrage privés. Ils permettraient aux multinationales de faire condamner les États ou les collectivités pour toute loi sociale, sanitaire ou environnementale qui pourrait nuire à leurs intérêts.
Nous refusons que le droit des affaires se substitue au droit humain, au droit public.

En fait, un tel accord ouvrirait la perspective d’un nivellement par le bas des systèmes de protection sociale, des règles et normes sanitaires et environnementales car les multinationales considèrent les réglementations protectrices comme des obstacles au développement de leurs intérêts privés et de leurs profits.

Un réel déni de démocratie.

Les conditions d’opacité dans lesquelles se négocie ce traité témoignent à quel point la démocratie est bafouée.
A ce jour aucun réel débat ne s’est installé sur le sujet pour informer les citoyens et prendre leur avis. Pourtant les Français, comme chaque Européen et chaque États-Unien, devraient pouvoir intervenir pour peser sur l’avenir d’un traité États-Unis – Europe qui aura de lourdes conséquences sur leur alimentation, leur environnement, leur santé, leurs conditions de travail, leurs protections sociales.

Les peuples d’Europe et des États-Unis seront les premiers à pâtir de ce projet destructeur. Notre collectif lance un appel à toutes celles et ceux qui en sont conscients et invite ainsi toute personne souhaitant une Europe des peuples, une Europe sociale, écologique et démocratique, à se manifester.

D’autres traités de ce type existent déjà dans le monde et notamment en Europe. L’AECG (Accord Economique et Commercial Global) en cours de finalisation entre l’Europe et le Canada présente les mêmes dangers que le TAFTA. L’ACS (Accord pour le Commerce des Services) se négocie aussi dans la plus parfaite opacité entre l’UE et 28 autres pays. Tous ces accords sont porteurs de graves conséquences pour les citoyens de part et d’autre de l’Atlantique …
Ces dangers comme pour le TAFTA portent sur les services publics à libéraliser, les règles environnementales et sanitaires, les droits sociaux …

Informer, une mission pour le réseau des collectifs varois

Les populations doivent être informées afin de pouvoir réagir et intervenir dans le débat. Elles devraient même être consultées. C’est la mission que notre collectif varois s’est assignée. Il entend développer les maillages locaux, alerter les élus et organiser des réunions publiques, des conférences pour sortir ce projet du secret et de l’opacité dans lequel il a été volontairement plongé, et ainsi empêcher sa ratification.

Premiers signataires : des citoyens, ATTAC Var, CGT UD, Citoyens Indignés/Pour une Réelle Démocratie, Colibris 83 Dracénie, Collectif Citoyen Entrecasteaux, Collectifs locaux 83 Non au gaz de schiste, Confédération Paysanne du Var, EELV 83, Ensemble! 83, NPA, PCF Var, PG Var, SNESUP 83, SOLIDAIRES 83, SUD PTT 83 …

(1) TAFTA : Trans Atlantic Free Trade Agreement (Accord de Libre Echange Transatlantique).
(2) GMT : Grand Marché Transatlantique.
(3) PTCI : Partenariat Transatlantique de Commerce et d’Investissement.
Site : http://stoptafta83.over-blog.com/ Adresse électronique: stoptafta83@gmail.com Facebook : STOP TAFTA (GMT) 83

SA SARVAL AZUR : Le Préfet du Var 
lance une procédure de suspension d’activités jusqu’à la mise en conformité des installations

Le Préfet du Var a adressé, le mardi 3 juin 2014, au responsable de l’établissement SA SARVAL AZUR situé à Carnoules, un projet d’arrêté de suspension de ses activités de stockage et de traitement de sous-produits d’origine animale qui sera effectif à l’issue d’un délai contradictoire de 15 jours.

Cette décision a été prise à l’appui du rapport remis au Préfet le lundi 2 juin, consécutif à une inspection interministérielle du site réalisée à l’initiative du Préfet, effectuée le 23 mai, par les services de la Direction Départementale de la Protection des Populations, de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer, l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques, l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage et de la Gendarmerie Nationale. Ce rapport a constaté l’absence récurrente de réponses satisfaisantes de l’entreprise aux différentes mises en demeure préalablement notifiées, résultant elles-même d’une série de visites d’inspection réalisées sur plusieurs mois.

La gravité des atteintes persistantes aux dispositions du code de l’environnement liées à la poursuite de l’activité de la SA SARVAL AZUR a donc conduit le Préfet du Var à notifier à l’entreprise une mesure de suspension d’activités en attente de la régularisation complète de ses procédures. Cette suspension pourra prendre effet après une période réglementaire d’échanges contradictoires avec l’exploitant d’une durée de deux semaines.

Le Préfet du Var s’est attaché depuis plusieurs mois à mettre en place les conditions de dialogue entre les responsables de l’établissement, les élus locaux, les riverains et les associations de défense de l’environnement, en présence des services de l’Etat compétents. La mise en conformité de l’entreprise aux dispositions réglementaires constitue une condition de la poursuite de ce dialogue.

 

AUPS – Une grande fête du livre pour le Verdon

fete du livre verdon_affiche

Organisation : Bibliothèque Municipale d’Aups.
Partenaires : Mairie d’Aups, Librairie Caractères Libres, Éditions Parole, Parc Naturel Régional du Verdon, Office du tourisme d’Aups, Radio Verdon, Association des Commerçants d’Aups.
Web-FETE-DU-LIVRE-2014-PAROLEUne belle occasion de rencontrer une maison d’édition, un éditeur passionné par ce qu’il fait depuis plus de 10 ans.

Pour en savoir plus : http://www.editions-parole.net/

Front de Gauche : Le seul vote d’avenir pour une Europe des peuples.

Comment pourrait-on faire confiance à ceux qui ont fait de l’Europe (droite et PS) une machine à broyer les peuples, à les niveler par le bas…pour la transformer ?

Ce n’est pas la dernière « sortie » de Sarkozy, à huit jours du scrutin qui va sauver les fossoyeurs d’une construction qui se fait sans les peuples et contre eux.

Ils ont puissamment contribué à ce que le rejet de cette Europe-là se traduise par un niveau record d’abstentions et une progression de l’extrême-droite dans la plupart des pays : belle réussite !

Ce n’est pas non plus la seule émission de télé réunissant les leaders des formations en présence en France, à deux jours du vote qui peut modifier la donne. Le débat national n’a pas eu lieu parce que les partis politiques majoritaires le craignaient, parce que le PS au pouvoir le redoutait après son échec aux municipales. il n’est plus crédible pour prétendre incarner les intérêts populaires après les avoir trahis. Son leader politique est un célèbre inconnu qui gouverne avec la droite en Allemagne.

Ce qu’ils veulent masquer c’est que l’Europe n’a été conçue que pour favoriser la croissance financière au détriment de la croissance tout court. Pour le capital, contre le travail. Et que la crise que nous traversons n’est pas passagère, qu’elle est une crise du système tout entier.

Le coup de « l’Europe sociale » qu’ils prétendaient bâtir, ils ne peuvent plus le faire avaler aux peuples qui constatent partout le recul de leur pouvoir d’achat, de leur protection sociale, de l’emploi, de leurs services publics alors que les profits distribués en dividendes n’ont jamais été aussi florissants globalement, que les cadeaux au grand patronat payés par les contribuables se font toujours plus généreux, que le contrôle de la finance, des banques, de l’évasion fiscale toujours promis n’est qu’un leurre.

Le rejet de l’Europe est dirigé également contre tout ce qu’elle représente d’anti-démocratique : des institutions non élues, des technocrates choisis pour imposer des solutions néo-libérales d’austérité à tous les peuples, pour dicter aux Etats leur politique budgétaire en ignorant leur diversité linguistique, culturelle, sociétale…pour les soumettre aux intérêts américains et renoncer à promouvoir la paix.

Ce sont les objectifs et les contenus qu’il faut changer, de fond en comble. Et c’est de cela qu’il ne fallait pas débattre dans le court délai de cette campagne qui n’en a pas été une.

Le changement de cap que porte le Front de gauche

Il faut changer d’Europe. Non pas en abandonner le principe mais lui donner une autre direction. Et d’abord rompre avec les politiques actuelles de façon radicale. Le programme du Groupe Unitaire Européen-Gauche verte nordique est porteur des aspirations progressistes et sociales.

L’Europe que nous appelons à construire ne se reconnaît ni dans le fédéralisme, ni dans le nationalisme mais sous la forme d’une confédération, d’un partage de souveraineté, pas d’un déssaisissement, avec un rôle majeur des peuples et des institutions entièrement renouvelées avec des pouvoirs élargis du Parlement européen et des parlements nationaux.

Il s’agit d’en finir avec le centralisme, les dominations, l’autoritarisme qui caractérisent le fonctionnement actuel. L’Allemagne, puissance dominante, imposant ses critères à tous les autres Etats, avec leur consentement.

Cela passe par la maîtrise financière. Il faut donc en finir avec la soumission aux marchés financiers qui exercent un pouvoir politique direct sur l’Europe comme dans chacun des Etats. De même la politique monétaire, le rôle attribué à l’Euro, la BCE doivent être fondamentalement réorientés pour servir des politiques répondant aux besoins des peuples, au développement des services publics, aux exigences de la transition écologique et non aux intérêts des spéculateurs.

Il s’agit aussi de donner aux salariés, aux usagers, des pouvoirs nouveaux d’intervention, à tous les niveaux, local, national européen. Comme aux comités d’entreprises, aux élus locaux. Des pouvoirs pas seulement consultatifs, mais effectifs, d’initiatives, de propositions. (1)

Ces propositions -parmi bien d’autres- alternatives et radicales, procèdent d’une vision réaliste et novatrice. D’autant plus efficaces qu’elles seront portées par davantage de députés au sein des institutions actuelles pour les transformer et changer le cours de l’Europe.

La candidate du Front de Gauche, pour le grand Sud-Est, Marie Christine Vergiat incarne ce combat pour construire une Europe sociale, solidaire, démocratique et écologique.

LE VOTE D’AVENIR.

René Fredon

(1) « Une autre Europe contre l’austérité, pour le progrès social en coopération, un autre euro »
Frédéric Boccara, Yves Dimicoli, Denis Durand

Vacances de printemps : période du mercredi 30 avril au dimanche 4 mai 2014

Généralités sur la période :

Le week-end, associé au jour férié du jeudi 1er mai, est inclus dans les congés scolaires de la zone A (milieu des congés) et de la zone B (fin des congés).
Les automobilistes habitant dans les académies de la zone C (académies de Bordeaux, Créteil, Paris, Versailles) pourront effectuer un déplacement à l’occasion de ce « pont » offert par le calendrier.

De nombreux déplacements sont attendus en toutes régions, surtout si les conditions météorologiques sont propices.

Les principales difficultés de circulation sont à prévoir en début et en fin de période. Mercredi 30 avril est annoncé Orange au niveau national dans le sens des départs. Dimanche 4 mai sera également Orange au niveau national dans le sens des retours et sera classé Rouge en Bretagne, Normandie, Pays de la Loire et en région Centre.

Prévisions

Départs

Retours

Tendance nationale

Spécificité régionale

Tendance nationale

Spécificité régionale

mercredi 30 avril

Orange

aucune

Vert

aucune

jeudi 1er mai

Vert

aucune

Vert

aucune

vendredi 2 mai

Vert

aucune

Vert

aucune

samedi 3 mai

Vert

aucune

Vert

aucune

dimanche 4 mai

Vert

aucune

Orange

Rouge dans l’ouest et en région Centre

Conseils de circulation :

Dans le sens des départs

Mercredi 30 avril
Évitez de quitter les grandes métropoles entre 16 heures et 20 heures, et Paris jusqu’à 21 heures.
Jeudi 1er mai
Évitez de quitter les grandes métropoles entre 10 heures et 13 heures.

Dans le sens des retours Dimanche 4 mai
Évitez les grands axes traversant la Bretagne (N12, N165) entre 15 heures et 19 heures, les autoroutes A10 (entre Orléans et Paris), A11, A13, A71 (entre Vierzon et Orléans) et la N118 vers Paris de 16 heures à 20 heures.
En dehors du grand ouest, évitez les secteurs sensibles habituels des retours de week-end entre 16 heures et 19 heures.
Conseils de sécurité :
Avec l’arrivée des beaux jours, les conducteurs de deux-roues motorisés sont de plus en plus nombreux à vouloir utiliser leur véhicule.
vérifiez le bon état de marche de votre véhicule et notamment le gonflage des pneus, pensez à vous protéger (casque homologué et sanglé, vêtements adaptés couvrant bras et jambes et munis d’équipements rétro-réfléchissants). Anticipez le comportement des autres usagers et ne surprenez pas les automobilistes par des accélérations brusques.
soyez particulièrement attentifs à la vulnérabilité des deux-roues motorisés, notamment lors de manœuvres ou de changements de direction, n’oubliez jamais de mettre votre clignotant. Contrôlez dans vos rétroviseurs extérieurs ou en tournant la tête afin de vérifier qu’aucun d’entre eux ne se trouve dans l’angle mort.

Allez les ROUGES, Allez TOULON !

BmEtQS3CAAAT77l

Exceptionnellement nous mettons un papier en ligne le Dimanche, pour encourager nos Teeeeeeerribles Guerriers, pour supporter l’équipe du RCT. Contre le Munster, ça ne sera pas des vacances, mais l’équipe de MONSIEUR Bernard Laporte est tout à fait capable de gagner cette bataille et de nous emmener en finale, une fois encore.

ALLEZ les ROUGES ! ALLEZ TOULON !

DSC06030Que la fête soit belle et la victoire au bout !

Si Marco Polo avait rencontré mon banquier, il ne serait jamais parti en Chine.

Samedi matin sur twitter nous avons eu un échange un peu vif avec Paprocki Vincent @vpaprocki83210, au sujet du système bancaire qui nous est imposé, au seul profit de quelques bandits en col blanc qui s’en donnent à coeur joie, depuis une bonne cinquantaine d’années.

Sur ce blog, à de nombreuses occasions, nous avons mis en lumière des faits qui prouvent que les banquiers ne sont pas des gens respectables et au dessus de tous soupçons, loin s’en faut ! Pour mémoire :

http://blog.tv83.info/2011/05/30/qui-connait-blythe-masters/

Dexia balance les copains

La Caisse d’épargne condamnée pour publicité mensongère pour 6 de ses placements

Société générale, BNP et Crédit agricole suspectées de blanchiment aux Etats-Unis

Ce à quoi notre troll (@vpaprocki83210) nous donnait comme seul argument, qu’il ne fallait pas tirer de conclusions avant des condamnations définitives. C’est vrai pour ce dernier article, mais le système bancaire dont il est question a déjà été condamné à de nombreuses, trop nombreuses reprises. Madoff était un financier pas un pongiste. Clearsteam est une chambre de compensation qui a perdu tous ses procès face au journaliste Denis Robert, pas une épicerie fine. Le Crédit Lyonnais n’était pas un estaminet.

La Commission européenne a proposé en février 2013 de durcir les règles européennes sur les transactions financières en vue d’intensifier la lutte contre le blanchiment, dont certains acteurs sont des banques. Selon Catherine Lubochinsky, une simple surveillance des banques est insuffisante. mais selon @vpaprocki83210 nous racontons des bêtises. Si le doute habite encore @vpaprocki83210, qu’il relise l’histoire de la crise en Grèce, la situation en Irlande, le rôle des banques en Espagne, il pourra peut être nous rejoindre sur le fait que le système bancaire actuel a fait naître des Banksters, (contraction de banquier et de gangsters) !

Alors pour vous aider à vous faire une idée sur le sujet de notre système bancaire actuel complétons la bibliothèque d’un article supplémentaire. Il ouvre un nouvel angle sur le rapport quotidien du citoyen lambda avec sa banque de quartier. Non seulement ils nous volent au niveau international, mais ils nous gonflent au niveau local. Il n’est pas question pour nous de jeter l’anathème sur le pauvre bougre qui est derrière un guichet, mais il fait partie d’un système qu’il a tord de continuer à défendre. À force de défendre l’indéfendable on finit par accepter l’inacceptable.

L’article a été écrit par Anne Michel et publié par le journal Le Monde le 17 Avril 2014
 » Une sanction de deux millions d’euros. Et la publication de cette sanction, pour l’exemple. L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), la tutelle des banques françaises, a annoncé, mardi 15 avril, avoir infligé blâme et amende à la Société générale, pour manquement à ses obligations vis-à-vis de clients pauvres.
La dernière pénalité en date, pour de tels motifs, avait frappé LCL – l’ancien Crédit lyonnais racheté par le Crédit agricole -, en juillet 2013, pour le même montant. Selon l’ACPR, entre 2010 et 2012, la Société générale a fait payer des services à des clients en situation d’exclusion, qui auraient pourtant dû bénéficier de la gratuité au titre du  » droit au compte « .
Inscrit dans la loi depuis 1984, sous le gouvernement de Pierre Mauroy (PS), puis renforcé au fil du temps et des lois, le droit au compte, spécificité française, permet à tout individu de disposer d’un compte en banque assorti de services de base gratuits : ni chèque ni carte bancaire classique, mais virements, prélèvements et carte de paiement à autorisation systématique. Il se déclenche lorsqu’une personne essuie un refus d’ouverture de compte, de la part d’un ou plusieurs établissements.
Munie d’une lettre de refus de la banque (obligatoire depuis 2008), cette personne peut alors saisir la Banque de France, qui désigne un établissement tenu d’accepter le client – celui choisi par le client ou, s’il n’émet aucun choix, un établissement sélectionné selon des critères bien précis.  » Prises individuellement, les banques ont le droit de refuser des clients et même de ne pas motiver leur refus, explique Jean-Luc Vatin, directeur des particuliers à la Banque de France. Mais la loi leur confère l’obligation collective de trouver une solution permettant à chaque individu de disposer d’un compte bancaire.  »
 » Dans l’exercice de notre fonction, poursuit-il, nous faisons en sorte que la répartition soit équitable entre les banques pouvant être désignées au sein d’un même territoire.  » En clair, il ne s’agit pas d’adresser tous les clients à faibles revenus à La Banque postale, traditionnelle banque des pauvres, mais d’impliquer dans ce processus  » d’ inclusion bancaire  » toutes les banques commerciales, selon leur poids dans l’économie. Conformément à l’esprit de la loi.
Clientèles fragiles
Ainsi, dans une commune donnée, une banque qui détient une part de marché de 20 % devra honorer 20 % des demandes de droit au compte.
La sanction infligée à la Société générale – qui se réserve la possibilité de faire appel – est intéressante à plus d’un titre. Certes, l’ACPR précise que  » le dossier ne fait ressortir aucune volonté – de la banque – de méconnaître ses obligations  » et que  » certaines actions ont été engagées pour remédier aux insuffisances concernées « . Mais l’affaire en dit long sur le rapport des banques aux clientèles fragiles et sur la situation d’exclusion dans laquelle demeure une partie de la population.
Depuis 2011, le nombre de désignations de banque ne cesse d’augmenter. Il est passé de 36 684 à 50 899 en 2013. Cette année, le cap des 10 000 avait déjà été franchi début mars. Ces chiffres ne reflètent qu’une partie de la réalité, la majorité des exclus sociaux n’osant faire valoir leur droit.
Compliquée à appréhender, l’augmentation du nombre de  » droits au compte  » semble résulter d’une conjonction de facteurs, mêlant l’effet crise à des politiques de sélection des clients plus dures.  » Il y a plus de droits au compte activés dans les grandes agglomérations, sans doute parce que l’activité économique y est plus importante et les mouvements migratoires aussi. L’effet crise est difficile à mesurer « , confirme M. Vatin.
Anne Michel- Le Monde le 17 Avril 2014.
L’Union européenne emboîte le pas à la France
Un projet de directive a été adopté, mardi 15 avril, par le Parlement européen, afin de garantir à toute personne résidant légalement sur le territoire de l’Union européenne – notamment les personnes sans domicile fixe ou les demandeurs d’asile reconnus – le droit à un compte bancaire. Ce droit devra être assorti de prestations de base (dépôts ou retraits d’argent, virements, carte…) gratuites, comme c’est le cas en France, ou à un coût  » raisonnable « . Tous les établissements de crédit ou  » un nombre suffisant d’entre eux  » dans chaque État membre devront proposer ce droit au compte. Ce projet législatif a fait l’objet d’un accord de principe entre le Parlement et le Conseil européen, qui doit l’adopter formellement, pour une mise en oeuvre d’ici deux ans. »

Le prix Nobel de littérature Gabriel Garcia Marquez nous a quitté.

Voici un de ses derniers textes à méditer en ce Vendredi Saint.

images

« Si pour un instant Dieu oubliait que je suis une marionnette de chiffon et m’offrait un bout de vie, je profiterais de ce temps le plus que je pourrais. Il est fort probable que je ne dirais pas tout ce que je pense, mais je penserais en définitive tout ce que je dis. J’accorderais de la valeur aux choses, non pour ce qu’elles valent, mais pour ce qu’elles signifient.

Je dormirais peu, je rêverais plus, j’entends que pour chaque minute dont nous fermons les yeux, nous perdons soixante secondes de lumière.

Je marcherais quand les autres se détendent, je me réveillerais quand les autres dorment. J’écouterais lorsque les autres parlent et… combien je savourerais une bonne glace au chocolat.

Si Dieu me faisait présent d’un bout de vie, je me vêtirais simplement, m’étalerais à plat ventre au soleil, en laissant non seulement mon corps à découvert, mais aussi mon âme.

Bon Dieu, si j’avais un cœur, j’écrirais ma haine sur la glace et attendrais que le soleil se lève. Dans un rêve de Van Gogh, je peindrais sur les étoiles un poème de Benedetti et une chanson de Serrat serait la sérénade que je dédierais à la lune. J’arroserais de mes larmes les roses, afin de sentir la douleur de leurs épines et le baiser de leurs pétales.

Bon Dieu, si j’avais un bout de vie… Je ne laisserais pas un seul jour se terminer sans dire aux gens que je les aime, que je les aime. Je persuaderais toute femme ou homme qu’ils sont mes préférés et vivrais amoureux de l’amour. Aux hommes, je prouverais combien ils sont dans l’erreur de penser qu’ils ne tombent plus amoureux en vieillissant, sans savoir qu’ils vieillissent en ne tombant plus amoureux. Aux anciens, j’apprendrais que la mort ne vient pas avec la vieillesse, mais avec l’oubli.

J’ai appris tellement de choses de vous autres, les humains… J’ai appris que tout le monde voulait vivre dans le sommet de la montagne, sans savoir que le vrai bonheur est dans la façon d’escalader. J’ai appris que lorsqu’un nouveau-né serre avec son petit poing, pour la première fois le doigt de son père, il l’a attrapé pour toujours.

J’ai appris qu’un homme a le droit de regarder un autre d’en haut seulement lorsqu’il va l’aider à se mettre debout. Dis toujours ce que tu ressens et fais ce que tu penses.

Si je savais qu’aujourd’hui c’est la dernière fois où je te vois dormir, je t’embrasserais si fort et prierais le Seigneur pour pouvoir être le gardien de ton âme. Si je savais que ce sont les derniers moments où je te vois, je dirais « je t’aime » et je ne présumerais pas, bêtement, que tu le sais déjà.

Il y a toujours un lendemain et la vie nous donne une deuxième chance pour bien faire les choses, mais si jamais je me trompe et aujourd’hui c’est tout ce qui nous reste, je voudrais te dire combien je t’aime, et que je ne t’oublierai jamais. Le demain n’est garanti pour personne, vieux ou jeune.

Aujourd’hui est peut être la dernière fois que tu vois ceux que tu aimes. Alors n’attends plus, fais-le aujourd’hui, car si demain n’arrive guère, sûrement tu regretteras le jour où tu n’as pas pris le temps d’un sourire, une étreinte, un baiser et que tu étais très occupé pour leur accorder un dernier vœu.

Maintiens ceux que tu aimes près de toi, dis leur à l’oreille combien tu as besoin d’eux, aimes-les et traite les bien, prends le temps de leur dire « je suis désolé », « pardonnez-moi », « s’il vous plait », « merci » et tous les mots d’amour que tu connais.

Personne ne se souviendra de toi de par tes idées secrètes. Demande au Seigneur la force et le savoir pour les exprimer. Prouves à tes amis et êtres chers combien ils comptent et sont importants pour toi. Il y a tellement de choses que j’ai pu apprendre de vous autres…Mais en fait, elles ne serviront pas à grande chose, car lorsque l’on devra me ranger dans cette petite valise, malheureusement, je serai mort».

Gabriel Garcia Marquez
1927-2014


Archives