Archive pour la catégorie ‘Nationale’

Ambition numérique : Nouveaux clusters numériques .

Cette consultation soulève d’importants points de tensions. Le rôle des universités, lieux de formation à et par la recherche (source d’innovations futures) a été souligné et des doutes sur leur ouverture au monde de l’entreprise ont été levés, de peur que l’intérêt privé ne prennent l’avantage sur l’intérêt éducatif. Ce qui est sûr c’est que les efforts doivent aller dans les deux sens : le développement d’une culture de l’innovation par le numérique dans tout les types de formations, pas seulement les universités, des entreprises effectivement capables d’accueillir rapidement et de valoriser ces talents, des lieux identifiés #clusters  (espace de coworking étudiants/chercheurs/entreprises, grandes écoles/MIT franco-allemand ou européen…)
contribuez ici

Ambition numérique.

Nouveaux modèles économiques et organisationnels : La consultation la plus populaire de la concertation avec déjà plus de 100 contributions ! Le numérique est disruptif pour certains, anti-disruptif pour d’autres. Dans tous les cas, il demande une remise en question permanente de nos structures organisationnelles pour plus de collaboration, d’horizontalité et d’expérimentation. Venez apporter vos idées sur les enjeux plus “économiques” : comment développer des filières industrielles et rendre l’innovation continue et partagée entre grandes entreprises, institutions de recherches et startup ? Comment nouer de nouvelles formes de partenariats pour infuser l’innovation de rupture dans notre économie ?
contribuez ici

Les sacrifices que les Français sont prêts à faire pour améliorer la situation économique.

Les sondés accepteraient que soient modulées « les allocations familiales à des conditions de revenu » (79%) et une aide au logement étudiant conditonnées aux revenus de leurs parents (65%).

Si 83% des Français se disent plus pessimistes sur l’avenir de la situation économique, 41% d’entre eux sont prêts à faire des efforts important pour l’améliorer, selon un sondage Odoxa, réalisé pour BFM Business et Challenges, publié jeudi 9 octobre. Quelles efforts  seraient-ils prêts à faire personnellement ? Revue de détails.

Pour le savoir … lire l’article

Pour un nouveau modèle socio-économique : le Coopératisme.

Il faut relancer en France le mouvement coopératif. Par Benjamin Boutin, participant au Forum des jeunes leaders coopératifs.

Le 2e Sommet international des coopératives a lieu cette semaine à Québec. Pour Benjamin Boutin, participant au Forum des jeunes leaders coopératifs, le « Coopératisme » est une grande option socio-économique qui s’offre à la France.

Dans un contexte de croissance asthénique, de chômage massif, de paralysie de l’investissement et de hausse des inégalités, chacun prend conscience que la situation ne s’améliorera pas sans un grand changement structurel.

Lire l’article

Journée mondiale pour le don d’organes

logo assos

Demain, les médias vous nous rappeler que le 17 Octobre est « La journée mondiale du don d’organes ». Dans le Var, une association « Pédalons pour le don » s’est fixé comme mission d’expliquer au plus grand nombre, la situation précise de ce dossier qui nous concerne tous comme donneurs mais aussi comme receveurs potentiels.

Pourquoi cette association?

 

En 2003 on m’a décelé une maladie au niveau des reins ! la seule issue dans un premier temps était la dialyse très éprouvante, puis mon médecin me propose de me mettre sur liste d’attente pour être greffé après plusieurs examens je suis vite inscrit sur liste d’attente ! À mon plus grand bonheur je suis appelé en octobre 2005 pour me dire que j’allais être greffé, depuis ce fameux 30 octobre 2005 je m’étais dit que j’allais faire quelque chose à propos du don d’organes, pour sensibiliser un maximum de personnes sur cette cause !

C’est ma façon aussi de remercier par la même occasion mon donneur, étant un sportif et passionné de cyclisme, je décide donc de créer mon association d’après mon sport et le don d’organes qui ma sauvé.

Hupel Fabrice

Son but :

Sensibiliser un maximum de personnes sur le don d’organes à travers le cyclisme.

Un engagement fort

Le 17 Octobre 2014 c’est la 10ème Journée Mondiale du don d’organes, c’est aussi l’occasion pour FRANCE ADOT de rappeler ses engagements et d’interpeller le public sur les réalités du don aujourd’hui, en France et au-delà de nos frontières.

Cette journée promulguée par l’OMS en 2005 permet au grand public de s’interroger sur la question de solidarité du don d’organes. Au-delà de la prise de décision, il est important d’évoquer son choix à ses proches, et de porter sur soi sa carte de donneur, un véritable geste citoyen accompli quotidiennement par des milliers de personnes de tous âges en France, comme dans d’autres pays.

Contacts

www.Pedalons pour le don.fr  ppldpedalons@outlook.fr
Page facebook « pédalons pour le don »

Siège : 89,chemin de sauvebonne 83210 sollies-pont

Liens utiles :

http://www.france-adot.org/don-organe.html

animation geant casinoUne partie de l’équipe « Pédalons pour le don »

 

Les enjeux de la transformation numérique secteur par secteur.

Organisations en silos, déficit de compétences, investissements restreints… McKinsey pointe les difficultés des entreprises françaises à se numériser tout en proposant des pistes dans le BTP, la banque ou la distribution.

est une somme. En 140 pages, McKinsey a cartographié la mutation numérique des entreprises françaises menant l’enquête auprès d’un échantillon de 500 sociétés, dont 325 PME. Quatre ans après une étude controversée sur l’impact de l’internet sur l’économie française où le cabinet américain laissait entrevoir avec le numérique un … Lire l’article de Xavier Biseul et Frédéric Bergé

 

PLFSS 2015 : « FAMILLES, JE VOUS HAIS ! »

« Familles, je vous hais ! » la phrase culte de Gide semble être le fil conducteur de la politique familiale menée depuis le début du quinquennat de François Hollande.

Déjà le plafond du quotient familial a été abaissé à deux reprises depuis 2012, ce qui a eu pour conséquence de fortes hausses d’impôts pour les classes moyennes avec enfants.

Aujourd’hui, le PLFSS 2015 poursuit  la destruction progressive de la politique familiale de notre pays :

– division par trois de la prime à la naissance du deuxième enfant,

– report de deux ans de la majoration pour les adolescents,

– réduction de la durée du congé parental pour les mères,

– baisse de l’aide à la garde du jeune enfant pour les classes moyennes par  la création d’un seuil de revenu au-delà duquel cette aide sera réduite de moitié !

Considérant sans doute que ces attaques réitérées sont insuffisantes, les députés socialistes envisagent de proposer un amendement au PLFSS visant à rendre les allocations familiales dégressives en fonction des revenus.

Il ne s’agit ni plus ni moins que de s’attaquer aux  principes fondamentaux de notre Sécurité sociale qui instituent une redistribution horizontale entre les familles qui n’ont pas la charge financière d’enfants et celles qui en ont. La redistribution entre familles selon le revenu s’opérant, quant à elle, par l’impôt. Le raisonnement des députés socialistes conduirait demain, s’il était suivi, à indexer les remboursements d’assurance maladie sur les revenus des malades !

La CFE-CGC dénonce cette logique fatale qui cantonne les classes moyennes à un rôle de payeur sans droits. Elles n’auront d’autre choix demain que d’aspirer à en sortir.

Serge Lavagna

Secrétaire national du secteur Protection Sociale

L’apprentissage : « un capital qui permet d’investir sur l’avenir »

À l’occasion du lancement de la campagne sur l’apprentissage mardi 7 octobre 2014, François REBSAMEN a rencontré des jeunes en apprentissage et leurs tuteurs. « L’apprentissage est une voie d’excellence », les a félicité le Ministre du Travail.

Préparer aujourd’hui la compétitivité de demain

« 426 000 jeunes sont actuellement en apprentissage », a déclaré le Ministre, déplorant que ce nombre soit en recul de 8% par rapport à l’année dernière. Aussi, le développement de l’apprentissage est un engagement présidentiel : l’objectif de 500 000 apprentis doit être atteint en 2017.

A cette occasion, le Ministre a appelé les chefs d’entreprises à se mobiliser et à s’engager dans l’accueil d’apprentis. « Le gouvernement leur offre une opportunité unique : préparer aujourd’hui la compétitivité de demain », a expliqué François REBSAMEN.

En effet, l’apprentissage est pour les entreprises un véritable pari pour l’avenir. Il permet aux entreprises de former un futur collaborateur, rapidement productif, tout en bénéficiant d’aides à l’embauche (prime à l’apprentissage, exonérations de cotisations sociales, crédits d’impôts, etc).

Apprentissage : l’entrée en vigueur des nouvelles aides doit convaincre les entreprises de recruter massivement des apprentis

L’apprentissage est une voie d’excellence pour les jeunes, puisque dans près de 70% des cas ils trouvent un emploi à l’issue de leur formation.
Or malgré cette reconnaissance et ces résultats, le nombre d’apprentis a diminué de 8% en un an.

Pour remédier à cette situation, le Président de la République a lancé une mobilisation pour l’apprentissage en réunissant les partenaires sociaux le 19 septembre dernier.
Il y a annoncé un certain nombre de mesures pour renforcer l’attractivité de l’apprentissage pour les employeurs, améliorer les conditions d’emploi de l’apprenti et adapter l’offre d’orientation et de formation.

Mais dans l’immédiat, les aides aux entreprises vont faire l’objet d’un amendement à la loi de finances et les premiers versements aux employeurs interviendront dès janvier 2015.
L’amendement déposé actera l’évolution des modalités d’attribution de l’aide de 1000 euros au recrutement d’un apprenti annoncée par le Président de la République le 19 septembre dernier.
Ce nouveau dispositif financier devrait convaincre les entreprises, de s’engager dans l’apprentissage ou d’en développer l’usage.

Cette évolution est la suivante :
– Le champ d’application de l’aide est élargi jusqu’aux entreprises de moins de 250 salariés ;
– L’aide est versée pour les entreprises qui n’avaient pas d’apprenti l’an passé ou qui recrutent des apprentis supplémentaires, à compter du 1er juillet 2014 ;
– Afin de donner le temps d’aboutir aux négociations engagées, notamment dans le cadre du Pacte de responsabilité et de solidarité, la prorogation de cette aide pour les années suivantes ne sera liée à la conclusion d’un accord de branches qu’à partir de juin 2015.
– Pour les petites entreprises de moins de 11 salariés, l’aide sera de 2 000 euros du fait de son cumul avec la prime à l’apprentissage qui est également d’un montant de 1 000 euros.
Le versement de cette aide a été confié aux régions.

Ces aides sont un signal fort donné aux entreprises.
François Rebsamen souhaite qu’elles les incitent à s’engager massivement dans le recrutement d’apprentis.
C’est l’intérêt des jeunes, mais c’est aussi et surtout l’intérêt de l’entreprise, de son avenir, de sa compétitivité et de la transmission de son savoir faire
.

Les petits patrons en froid avec leur banquier.

Majoritairement inquiets de la situation économique française, plus de sept dirigeants sur dix ressentent un durcissement des conditions d’accès au crédit, selon une étude réalisée par la CGPME et KPMG.

Près d’un chef d’entreprise sur deux observe des effets négatifs de la situation économique actuelle sur ses conditions d’accès au crédit selon une étude réalisée par KPMG et la CGPME publiée le 06 octobre 2014. La part d’entre eux indiquant … Lire l’article de Mallory Lalanne

Le traité TAFTA c’est quoi?


Traité transatlantique (TAFTA/TTIP) – Lori… par attactv


Archives