Archive pour la catégorie ‘Nationale’

Les communs de la connaissance : révolution ou illusion ?

Le partage des connaissances participe d’un enrichissement collectif : plus les connaissances circulent, plus la société est créative. Wikipédia, les MOOC, les logiciels libres, l’open data, le labyrinthe infini des connexions, ouvrent des perspectives pour transformer notre société, notre rapport à la propriété et nos modes d’organisation collectifs.

Pourtant, les communs de la connaissance, comme les communs écologiques, peuvent être menacés de destruction ou d’enclosure. Les brevets sur le vivant, la propriété intellectuelle ou l’exploitation des mégadonnées (big data) remettent en question … Lire l’article

L’agriculture s’industrialise aux dépens des paysans et des citoyens.

Mob

Neufs militants de la Confédération paysanne sont amenés à comparaître mardi 28 octobre 2014 au Palais de Justice d’Amiens. Ces militants sont accusés de dégradation en réunion, incitation à la dégradation en réunion, vol, recel ou encore refus de prélèvement ADN, pour avoir démonté la salle de traite de la ferme-usine des 1000 vaches à Drucat-le-Plessiel dans la Somme, et pour avoir restitué les pièces démontées au Ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll.

Pour apporter notre soutien face à cette répression syndicale, nous vous convions à une mobilisation :

Le samedi 25 octobre 2014 à 10h30 sur le marché de Draguignan
(Place du marché, et non celui à côté de la sous-préfecture)

Venez nombreux-ses nous soutenir, et dire STOP à ce projet destructeur de l’emploi paysan et non respectueux de l’environnement. Ce sont 20 fermes de 50 vaches et leur 42 paysans qui sont amenés à disparaître, au profit de ce hangar grand comme 2 terrains de football où seront employés au plus 18 ouvriers au salaire minimum. Le lait sera revendu à prix cassé, 270 € la tonne, ce qui à quelques mois de la fin des quotas laitiers ne réjouit pas vraiment les éleveurs qui s’en sortent tout juste à 350 € la tonne. L’objectif de ce type de projet n’est pas de produire du lait, mais d’alimenter un méthaniseur géant sur-subventionné avec les déjections des vaches. 3000 ha de terres agricoles seront ainsi nécessaires, pas pour installer des paysans, mais pour épandre le digestat du méthaniseur : alerte aux algues vertes !

Le 13 septembre dernier, les premières vaches sont arrivées dans la ferme-usine de Ducrat-Le-Pliessiel, sous la protection de la gendarmerie. Et ce alors que toutes les obligations relatives au permis d’exploiter n’ont pas été remplies, alors que des recours juridiques n’ont pas été jugés, alors que la mobilisation citoyenne et paysanne à ce projet ne faiblit pas, une simple autorisation de la préfecture aura suffit à débloquer la situation dans laquelle se trouve l’industriel du BTP Michel Ramery.

Ce sont les lanceurs d’alerte qui sont poursuivis, pendant que l’agriculture s’industrialise aux dépens des paysans et des citoyens, et avec la bénédiction de nos gouvernants. Nous ne laisserons pas l’État criminaliser aussi facilement l’action syndicale, alors soyons nombreux-ses à Draguignan le 25 octobre prochain !

Le PFLSS 2015 : une arme de destruction massive !

Le PLFSS 2015 engage une destruction progressive et massive de la politique familiale de notre pays :

– division par trois de la prime à la naissance du deuxième enfant,

– report de deux ans de la majoration pour les adolescents,

– réduction de la durée du congé parental pour les mères,

–  baisse de l’aide à la garde du jeune enfant pour les classes moyennes par la création d’un seuil de revenu au-delà duquel cette aide sera réduite de moitié !

– dégressivité des allocations familiales en fonction des revenus.

C’est encore trop peu puisque des députés ont déposé un amendement sur les indemnités de rupture du contrat de travail.

Ce n’est plus tolérable !

Cela remet radicalement en cause la philosophie du traitement social des indemnités de rupture : aujourd’hui les indemnités sont exonérées dans la limite la plus favorable entre le montant de l’indemnité conventionnelle, deux fois le montant de la rémunération annuelle brute et 50% du montant de l’indemnité perçue, ce montant ne pouvant dépasser deux plafonds de la Sécurité sociale.

La seule exception consiste en l’existence d’un montant de 10 fois le plafond de la Sécurité sociale au-delà duquel l’indemnité de rupture est assujettie aux cotisations dès le premier euro. Avec cet amendement : toute indemnité supérieure à 38 040 euros (plafond de la Sécurité sociale pour 2015) sera soumise à cotisations dès le premier euro et l’intégralité de l’indemnité sera concernée. Ce sont encore les classes moyennes qui sont pénalisées.

Après la réforme de l’assurance chômage, les baisses successives du plafond du quotient familial, la réduction du montant de l’assurance décès, la modulation des allocations familiales, cet amendement va encore dans le sens d’une réduction des droits des salariés des classes moyennes, et de leur exclusion du pacte social alors même qu’ils en sont les principaux financeurs.

La CFE-CGC demande purement et simplement le retrait de cet amendement.

Carole Couvert

Présidente

Climat social : pourquoi ça n’explose pas (encore) ?

La dernière note de conjoncture sociale réalisée par l’association Entreprise & Personnel ne table pas sur une explosion sociale en France en raison de différents facteurs, dont l’atomisation des mécontentements. En revanche, le pays vivrait une sorte de « décomposition sociopolitique. »

Ambition numérique : Soutien à l’innovation

Soutien à l’innovation : Près de 50 contributions pour créer un cadre favorable à l’innovation ont été recueillies au cours des 10 premiers jours. Les contributeurs ont partagé leurs retours d’expérience sur les dispositifs d’aide fiscales (Crédit Impôt Recherche, dispositif Jeune Entreprise Innovante) et ont échangé sur les moyens de les adapter aux besoins des startups. Plusieurs propositions ont été formulées : affirmer  le rôle des régions comme pilotes de la stratégie numérique dans le cadre de la réforme territoriale, créer une plateforme de publication de recherches scientifiques, mieux accompagner les entrepreneurs dans les démarche de dépôt des brevets, soutenir et accompagner les activités de veille technologique, etc.
contribuez ici

La gestion du TGV dans le collimateur de la Cour des comptes.

La Cour des comptes pointe les dérives de la gestion du réseau des Trains à grande vitesse (TGV) dans un rapport qui doit être présenté jeudi prochain,, et dont les principales conclusions sont diffusées dans le journal spécialisé Contexte.

Aucune des six liaisons à grande vitesse citées dans le rapport n’a atteint les objectifs de rentabilité annoncés, selon un article de Contexte intitulé « l’asphyxie du modèle français de la grande vitesse », publié sur le site internet du journal, qui cite en exemple les lignes LGV Nord et LGV Méditerranée.

Lire l’article

Ambition numérique : Nouveaux clusters numériques .

Cette consultation soulève d’importants points de tensions. Le rôle des universités, lieux de formation à et par la recherche (source d’innovations futures) a été souligné et des doutes sur leur ouverture au monde de l’entreprise ont été levés, de peur que l’intérêt privé ne prennent l’avantage sur l’intérêt éducatif. Ce qui est sûr c’est que les efforts doivent aller dans les deux sens : le développement d’une culture de l’innovation par le numérique dans tout les types de formations, pas seulement les universités, des entreprises effectivement capables d’accueillir rapidement et de valoriser ces talents, des lieux identifiés #clusters  (espace de coworking étudiants/chercheurs/entreprises, grandes écoles/MIT franco-allemand ou européen…)
contribuez ici

Ambition numérique.

Nouveaux modèles économiques et organisationnels : La consultation la plus populaire de la concertation avec déjà plus de 100 contributions ! Le numérique est disruptif pour certains, anti-disruptif pour d’autres. Dans tous les cas, il demande une remise en question permanente de nos structures organisationnelles pour plus de collaboration, d’horizontalité et d’expérimentation. Venez apporter vos idées sur les enjeux plus “économiques” : comment développer des filières industrielles et rendre l’innovation continue et partagée entre grandes entreprises, institutions de recherches et startup ? Comment nouer de nouvelles formes de partenariats pour infuser l’innovation de rupture dans notre économie ?
contribuez ici

Les sacrifices que les Français sont prêts à faire pour améliorer la situation économique.

Les sondés accepteraient que soient modulées « les allocations familiales à des conditions de revenu » (79%) et une aide au logement étudiant conditonnées aux revenus de leurs parents (65%).

Si 83% des Français se disent plus pessimistes sur l’avenir de la situation économique, 41% d’entre eux sont prêts à faire des efforts important pour l’améliorer, selon un sondage Odoxa, réalisé pour BFM Business et Challenges, publié jeudi 9 octobre. Quelles efforts  seraient-ils prêts à faire personnellement ? Revue de détails.

Pour le savoir … lire l’article

Pour un nouveau modèle socio-économique : le Coopératisme.

Il faut relancer en France le mouvement coopératif. Par Benjamin Boutin, participant au Forum des jeunes leaders coopératifs.

Le 2e Sommet international des coopératives a lieu cette semaine à Québec. Pour Benjamin Boutin, participant au Forum des jeunes leaders coopératifs, le « Coopératisme » est une grande option socio-économique qui s’offre à la France.

Dans un contexte de croissance asthénique, de chômage massif, de paralysie de l’investissement et de hausse des inégalités, chacun prend conscience que la situation ne s’améliorera pas sans un grand changement structurel.

Lire l’article


Archives