Archive pour la catégorie ‘Nationale’

Ce week-end, on remet les pendules à l’heure !

Oui, le changement d’heure c’est … cette nuit !

Comme le dit si bien Bernard Pivot :   » Le changement d’heure se passe la nuit, en silence, en douce, en catimini, quand tout le monde dort, comme si c’était un mauvais coup. »

A6KQPpnCIAAQM1k

On a retrouvé le petit-cousin d’Eve.

(Agence Science-Presse) Si on pouvait entrecroiser les arbres généalogiques de tous les humains d’aujourd’hui, on se découvrirait une ancêtre commune à nous tous, une femme qui a vécu il y a 100 à 200 000 ans.

Ce concept est bien connu des généticiens, mais voilà qu’ils viennent d’y ajouter un élément intrigant: un homme mort il y a 2300 ans et dont les gènes en font le plus proche «cousin» de cette femme.

Celle que les généticiens appellent «l’Eve mitochondriale» n’est pas la première femme, mais plutôt celle dont la lignée est la seule à avoir survécu jusqu’à nous.

Il se trouve qu’une partie de nos cellules, la mitochondrie, est devenue ces dernières années l’outil par lequel on peut remonter très loin dans le passé, parce que les gènes de la mitochondrie sont transmis par la lignée maternelle seulement. Beaucoup de recherches visant à déterminer le «lien de parenté» entre deux groupes ethniques se sont ainsi appuyées sur des comparaisons de l’ADN mitochondrial.

Or, le génome d’un homme mort il y a 2300 ans en Afrique du Sud vient de révéler une appartenance à un groupe ethnique qui aurait divergé des autres humains il y a 150 000 ans —soit la lignée la plus proche «d’Eve» qu’on n’ait jamais identifiée.

Source : Agence Science-Presse,

Les 39 films conseillés par Martin Scorsese à un apprenti-cinéaste.

Quand un jeune homme qui veut faire du cinéma demande à Martin Scorsese ce qu’il faut avoir vu en dehors des films anglophones, la réalisateur lui répond avec une lettre comportant 39 titres de films indispensables.

Colin Levy est un jeune américain qui travaille aujourd’hui aux studios d’animation Pixar. A 19 ans, il avait remporté le YoungArts Award, prix remis par le grand Martin Scorsese. A cette occasion, Colin avait eu la chance d’échanger quelques mots avec le réalisateur. Il lui avait avoué avec humilité ne rien connaitre en dehors du cinéma anglophone. Quelques jours plus tard, Colin reçut une lettre du réalisateur comprenant une liste de 39 films, comme 39 marches menant à une culture cinématographique de base pour tout jeune qui s’intéresserait au cinéma.

Cette liste comprend les films suivants :

Lire l’article

D’anciens présidents appellent les Etats à prendre le contrôle du marché des drogues.

Dans un rapport rendu public, mardi 9 septembre, à New York, la Commission globale sur la politique des drogues formule des recommandations afin de réorienter radicalement les stratégies nationales en la matière. Inscrit dans la perspective de la session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations unies (Seagnu) qui, en 2016, sera consacrée à la politique des drogues, le document prône l’abandon des politiques uniquement fondées sur la répression, qualifiées d’échec, en donnant la priorité à la santé publique. Il invite à la régulation par les États, en cessant de criminaliser l’usage et la possession de drogues, et pas seulement le cannabis. Concrètement, « réglementer les marchés de la drogue pour donner le contrôle aux gouvernements ».

La Commission rassemble l’ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, les ex-présidents du Brésil, du Chili, de la Colombie, du Mexique, de la Pologne, du Portugal et de la Suisse, et des personnalités comme l’écrivain Mario Vargas Llosa ou l’homme d’affaires Richard Branson. Ses membres affirment que la « guerre aux drogues » est perdue. « Après plus d’un siècle d’approche punitive, les faits sont accablants : loin d’avoir atteint ses propres objectifs, [le régime international de contrôle des drogues] a engendré de graves problèmes sociaux et sanitaires », peut-on ainsi lire au début du document intitulé « Prendre le contrôle : sur la voie de politiques efficaces en matière de drogues ».

Lire l’article de Paul Benkimoun

La fuite des cerveaux, un fantasme français.

Il y a encore quelques années, la question de la fuite des cerveaux ne semblait concerner que les pays en voie de développement. Mais aujourd’hui ce sont les pays avancés qui s’inquiètent de l’exode de leurs ressortissants les mieux formés. Le débat est vif en France. Pourtant les données sont rares et parcellaires. Celles qui sont disponibles permettent de souligner des tendances croissantes au départ, mais qu’il faut relativiser et qui sont, de plus, assez largement compensées par les arrivées.

Lorsqu’on évalue rigoureusement l’exode des diplômés français, il apparaît que pour le niveau d’éducation tertiaire, qui correspond à des personnes ayant atteint un niveau bac et plus, le taux d’émigration, c’est-à-dire le rapport entre le nombre de personnes se trouvant à l’étranger sur le nombre total de personnes ayant le même niveau, est … Lire l’article de Pierre-Henri Bono

Les médecins en grève du 24 au 31 décembre.

Pour protester contre le projet de loi santé, les médecins généralistes sont appelés à fermer leur cabinet du 24 au 31 décembre.

Les médecins généralistes sont appelés à fermer leur cabinet du 24 au 31 décembre, pour protester contre le projet de loi santé et demander l’ouverture de négociations conventionnelles, a indiqué lundi l’un des principaux syndicats de la profession.

« Trop c’est trop ! La coupe est pleine pour les généralistes », clame dans … Lire l’article

Les communs de la connaissance : révolution ou illusion ?

Le partage des connaissances participe d’un enrichissement collectif : plus les connaissances circulent, plus la société est créative. Wikipédia, les MOOC, les logiciels libres, l’open data, le labyrinthe infini des connexions, ouvrent des perspectives pour transformer notre société, notre rapport à la propriété et nos modes d’organisation collectifs.

Pourtant, les communs de la connaissance, comme les communs écologiques, peuvent être menacés de destruction ou d’enclosure. Les brevets sur le vivant, la propriété intellectuelle ou l’exploitation des mégadonnées (big data) remettent en question … Lire l’article

L’agriculture s’industrialise aux dépens des paysans et des citoyens.

Mob

Neufs militants de la Confédération paysanne sont amenés à comparaître mardi 28 octobre 2014 au Palais de Justice d’Amiens. Ces militants sont accusés de dégradation en réunion, incitation à la dégradation en réunion, vol, recel ou encore refus de prélèvement ADN, pour avoir démonté la salle de traite de la ferme-usine des 1000 vaches à Drucat-le-Plessiel dans la Somme, et pour avoir restitué les pièces démontées au Ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll.

Pour apporter notre soutien face à cette répression syndicale, nous vous convions à une mobilisation :

Le samedi 25 octobre 2014 à 10h30 sur le marché de Draguignan
(Place du marché, et non celui à côté de la sous-préfecture)

Venez nombreux-ses nous soutenir, et dire STOP à ce projet destructeur de l’emploi paysan et non respectueux de l’environnement. Ce sont 20 fermes de 50 vaches et leur 42 paysans qui sont amenés à disparaître, au profit de ce hangar grand comme 2 terrains de football où seront employés au plus 18 ouvriers au salaire minimum. Le lait sera revendu à prix cassé, 270 € la tonne, ce qui à quelques mois de la fin des quotas laitiers ne réjouit pas vraiment les éleveurs qui s’en sortent tout juste à 350 € la tonne. L’objectif de ce type de projet n’est pas de produire du lait, mais d’alimenter un méthaniseur géant sur-subventionné avec les déjections des vaches. 3000 ha de terres agricoles seront ainsi nécessaires, pas pour installer des paysans, mais pour épandre le digestat du méthaniseur : alerte aux algues vertes !

Le 13 septembre dernier, les premières vaches sont arrivées dans la ferme-usine de Ducrat-Le-Pliessiel, sous la protection de la gendarmerie. Et ce alors que toutes les obligations relatives au permis d’exploiter n’ont pas été remplies, alors que des recours juridiques n’ont pas été jugés, alors que la mobilisation citoyenne et paysanne à ce projet ne faiblit pas, une simple autorisation de la préfecture aura suffit à débloquer la situation dans laquelle se trouve l’industriel du BTP Michel Ramery.

Ce sont les lanceurs d’alerte qui sont poursuivis, pendant que l’agriculture s’industrialise aux dépens des paysans et des citoyens, et avec la bénédiction de nos gouvernants. Nous ne laisserons pas l’État criminaliser aussi facilement l’action syndicale, alors soyons nombreux-ses à Draguignan le 25 octobre prochain !

Le PFLSS 2015 : une arme de destruction massive !

Le PLFSS 2015 engage une destruction progressive et massive de la politique familiale de notre pays :

– division par trois de la prime à la naissance du deuxième enfant,

– report de deux ans de la majoration pour les adolescents,

– réduction de la durée du congé parental pour les mères,

–  baisse de l’aide à la garde du jeune enfant pour les classes moyennes par la création d’un seuil de revenu au-delà duquel cette aide sera réduite de moitié !

– dégressivité des allocations familiales en fonction des revenus.

C’est encore trop peu puisque des députés ont déposé un amendement sur les indemnités de rupture du contrat de travail.

Ce n’est plus tolérable !

Cela remet radicalement en cause la philosophie du traitement social des indemnités de rupture : aujourd’hui les indemnités sont exonérées dans la limite la plus favorable entre le montant de l’indemnité conventionnelle, deux fois le montant de la rémunération annuelle brute et 50% du montant de l’indemnité perçue, ce montant ne pouvant dépasser deux plafonds de la Sécurité sociale.

La seule exception consiste en l’existence d’un montant de 10 fois le plafond de la Sécurité sociale au-delà duquel l’indemnité de rupture est assujettie aux cotisations dès le premier euro. Avec cet amendement : toute indemnité supérieure à 38 040 euros (plafond de la Sécurité sociale pour 2015) sera soumise à cotisations dès le premier euro et l’intégralité de l’indemnité sera concernée. Ce sont encore les classes moyennes qui sont pénalisées.

Après la réforme de l’assurance chômage, les baisses successives du plafond du quotient familial, la réduction du montant de l’assurance décès, la modulation des allocations familiales, cet amendement va encore dans le sens d’une réduction des droits des salariés des classes moyennes, et de leur exclusion du pacte social alors même qu’ils en sont les principaux financeurs.

La CFE-CGC demande purement et simplement le retrait de cet amendement.

Carole Couvert

Présidente

Climat social : pourquoi ça n’explose pas (encore) ?

La dernière note de conjoncture sociale réalisée par l’association Entreprise & Personnel ne table pas sur une explosion sociale en France en raison de différents facteurs, dont l’atomisation des mécontentements. En revanche, le pays vivrait une sorte de « décomposition sociopolitique. »

Archives