Archive pour la catégorie ‘Non classé’

Journée mondiale contre la cyber-censure

À l’occasion de la Journée mondiale contre la cyber-censure, Reporters sans frontières publie aujourd’hui l’édition 2014 de son rapport « Ennemis d’Internet » sur le site http://12mars.rsf.org. Ce document révèle les secrets des institutions qui, au sein des États, mettent en oeuvre la répression et les atteintes à la liberté de l’information en ligne.

Les pratiques des institutions “Ennemis d’internet” doivent être dénoncées et connues du plus grand nombre. C’est à cette condition que les institutions internationales, et notamment les Nations Unies et l’Europe, pourront se saisir de ces problèmes et légiférer afin d’y mettre fin.

Reporters sans frontières invite les internautes du monde entier à se joindre à cette initiative.

Mobilisez-vous!
• Inscrivez-vous à la campagne de sensibilisation en ligne lancée le 12 mars par Reporters sans frontières, afin de faire entendre votre voix
• interpellez, sur les réseaux sociaux, les chefs d’État en charge de ces institutions
• changez votre avatar Twitter ou votre photo de profil Facebook avec le logo « contre la censure en ligne » de Reporters sans frontières

Internet est un bien commun. Ne laissons pas les institutions “Ennemis d’Internet” en faire une arme au service de leurs intérêts particuliers.

Retrouvez-nous le 12 mars sur http://12mars.rsf.org.

L’équipe de Reporters sans frontières

Pluie dans le Var : point de situation à 14h30

Le département du Var est en vigilance météorologique ORANGE pour le risque inondation tandis que le Gapeau et l’Argens Aval sont toujours placés en vigilance crues ORANGE (l’Argens Moyen et la Nartuby sont en vigilance crues JAUNE).Il est rappelé que les interdictions de circulation doivent être strictement respectées. Il en va de votre vie.
Par ailleurs, il est conseillé de faire preuve d’une grande vigilance, à proximité notamment des cours d’eau et du littoral.
Point météo de Météo France :
Situation actuelle :
Les précipitations sont actuellement faibles sur le Sud du Var.
Au cours des 12 dernières heures, il y est tombé 40 à 60 mm, localement 60 à 80 mm du Sud de la Sainte Baume à la région de Toulon.
Sur le Nord du Var, les cumuls sont de l’ordre de 10 à 20 mm localement 30 mm..Évolution prévue :
Cet après-midi de lundi, les précipitations vont devenir plus faibles et plus intermittentes. Elles prendront un caractère d’averses et pourront localement être accompagnées de quelques coups de tonnerre. En conséquence, les précipitations attendues ne nécessitent plus le maintien du département du Var en vigilance orange fortes précipitations.

Point sur les cours d’eau :
Tronçon : Gapeau (au niveau vigicrues ORANGE)
A 13h ce lundi, le niveau du Gapeau est en baisse avec une cote à Hyères Ste Eulalie de 2m soit 170 m3/s. Les averses encore possibles dans l’après-midi pourront faire repartir le niveau du Gapeau à la hausse. Néanmoins la limite de débordement du déversoir du Plan du Pont ne devrait pas être dépassée de manière significative. Une décrue plus franche et durable est attendue pour le début de soirée.
Tronçon : Argens aval (au niveau vigicrues ORANGE)
Le niveau de l’Argens est à 4.80 m (débit de 330 m3/s) à Roquebrune ce lundi 13h, en hausse. La hausse se poursuivra jusqu’en milieu d’après-midi pour atteindre 5,5 m au vu des averses encore prévues dans l’après-midi.
Le maximum de la crue est attendue pour la fin d’après-midi ou soirée de lundi. Il ne devrait pas dépasser la cote de 5,70 m.
Tronçon : Nartuby (au niveau vigicrues JAUNE)
On note une hauteur de 1m à Trans-en-Provence ce lundi à 13h (débit de 17 m3/s) en baisse. Les averses encores prévues dans l’après-midi sur le bassin pourront faire réagir la Nartuby, mais la cote maximale à l’échelle de Trans restera inférieure à 2 m.
Tronçon : Argens moyen (au niveau vigicrues JAUNE)
L’Argens est à 2,20m (130 m3/s) aux Arcs ce lundi à 13h. La hausse se poursuivra jusqu’en milieu de nuit de lundi à mardi. Les premiers débordements en zone rurale sont possibles dans l’après-midi. En soirée, le niveau de l’Argens aux Arcs sera de l’ordre de 2,40m soit un débit de 160 m3/s.
Point routes :
(source : Bureau Central d’Exploitation (BCE) – Conseil Général du Var)
ROUTES REOUVERTES :
RD 559 – Pyrotechnie
RD 98 – Gassin – Pr 57+900
RD 98 – Hyères – sortie des salins vers RD12 RD 559 – Hyères – Pr 15
RD 559 – Carqueiranne – giratoire de la Digilence Pr 38 à 39
ROUTES FERMEES :
RD 12 – Hyères à Pierrefeu – Pr 34 à 38
RD 29 – du Pr 0 à Pr 1 (Giratoire RD12)
RD 13 – Pierrefeu – carrefour RD12 – La portanière RD 70 – St Maximin-Seillons
RD 268 – Néoules
DIFFICULTÉS de CIRCULATION :
RD 206 – Ollioules
RD 2216 – La Seyne
RD 559 – Port Grimaud de Guerrevieille à Port Grimaud RD 557 – Flayosc – Pr 15+100
RD 563 – Mons – neige – Conditions délicates, puis difficiles à partir du Pr 21
RD 52 – Chateauvieux – Conditions délicates localement, plaques de verglas
RD 21 – Bargème-La Bastide – Conditions délicates localement, plaques de verglas RD 98 – Gassin – Pr 57+900
Interventions en cours :
Mise en sécurité par balisage et déviation des secteurs inondés
Conseils de prudence :
La plus grande vigilance est demandée compte tenu des zones inondéesAUTOROUTE (source Vinci Autoroutes)
Sur l’A50, la bretelle de sortie direction Toulon de Toulon Ouest n°15 est réouverte.

Conséquences possibles des crues :
Des inondations importantes sont possibles.
Les conditions de circulation peuvent être rendues difficiles sur l’ensemble du réseau et des perturbations peuvent affecter les transports ferroviaires.
Des coupures d’électricité peuvent se produire.
Les digues peuvent être fragilisées ou submergées.
Conseils de comportement pour les crues :
Mettez-vous à l’abri.
Limitez tout déplacement sauf si absolument nécessaire et conformez-vous à la signalisation routière.
Tenez-vous informé de l’évolution de la situation (radio, etc…)
Veillez à la protection des biens susceptibles d’être inondés ou emportés (mobiliers, produits toxiques, appareils électriques, etc…).
Source Préfecture du Var

Suite aux inondations du 19 janvier… Rappel sur la procédure de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle.

Le préfet du Var, Laurent CAYREL, vous informe que la commission interministérielle relative à l’indemnisation des victimes de catastrophe naturelle s’est réunie le 28 janvier dernier pour rendre son avis sur les intempéries des 19 et 20 janvier 2014 et que l’arrêté interministériel de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle correspondant, a été publié le dimanche 2 février au Journal Officiel. Avec la publication au Journal Officiel de l’arrêté interministériel reconnaissant l’état de catastrophe naturelle, l’assureur du propriétaire du bien peut engager l’indemnisation du bien détérioré (dans la limite des garanties souscrites, uniquement pour les biens couverts par le contrat « dommages aux biens »).
Les assurés disposent d’un délai de 10 jours au maximum après publication de l’arrêté pour faire parvenir à leur compagnie d’assurance un état estimatif des dégâts ou de leurs pertes.

« Rester assis tue plus que le tabac »

Pour le professeur François Carré, cofondateur de l’Observatoire de la sédentarité« la sédentarité croissante est liée à la mauvaise utilisation que l’on fait du progrès. (…) Plus le temps journalier passé en position assise est élevé et plus courte est l’espérance de vie. » Le cardiologue et médecin du sport est également l’auteur de Danger sédentarité. Vivre en bougeant plus (Ed. du Cherche Midi, novembre 2013).

Le Washington Post vient de publier une infographie méthodique dans laquelle elle inventorie les effets néfastes de la position assise pour le corps. Cette posture, prolongée, provoque des maux « de la tête aux pieds », explique les experts sollicités par le quotidien américain. Pourquoi cette sédentarité ?

Aujourd’hui, on reste assis (ce qui définit la sédentarité, du latin sedere, être assis) tous les jours de plus en plus longtemps (voiture, transports en communs, bureau, temps de loisir…). Les scientifiques se sont rendu compte que bien que le temps passé à faire de l’activité physique ait augmenté significativement ces vingt dernières années, il n’y avait pas eu d’effet net sur la baisse de l’obésité. Ceci s’explique car, parallèlement, le temps journalier passé assis a augmenté. L’augmentation de la sédentarité est clairement liée au progrès. Plus précisément, la sédentarité croissante est liée à la mauvaise utilisation que l’on fait du progrès. Ainsi la prise de poids est très bien corrélée au temps passé assis en voiture ou devant la télévision et autres écrans.

Lire la suite de l’article de Marlène Duretz

Prépas Toulon : Pas touche !

Le lycée Dumont d’Urville a une longue tradition d’accueil de classes préparatoires aux grandes écoles. Il est l’établissement de référence dans le Var.

Math Sup, Math Spé, Khâgne, Hypokhâgne. Des générations de jeunes Toulonnais, s’ils n’ont pas tous intégré Normale Sup, HEC et d’autres prestigieux établissements à l’issue des deux ans de prépas, gardent un souvenir ému de leur passage dans ce cycle d’études.

Une première tentative de suppression d’une classe de Khâgne avait échoué face à la mobilisation de la communauté éducative et des élus dont j’étais.

Nous étions malgré tout vigilants. Nous avions raison de l’être, car Madame le Recteur remet le couvert.

Un projet d’ouverture de classe à Jean-Aicard négocié à l’insu du lycée Dumont d’Urville mais en accord avec l’Université de Toulon est sur le feu. Il se traduirait par la fermeture d’une même classe à Dumont d’Urville.

Drôle de conception, bizarre méthode que celle qui consiste à déshabiller Pierre pour habiller Paul !

Mobilisé il y a deux ans contre ce mauvais coup porté au lycée Dumont d’Urville, je le suis tout autant aujourd’hui.
J’ai immédiatement interpellé le Ministre de l’Education Nationale pour dire ma surprise et mon mécontentement.
Réponse de son Chef de Cabinet : « Nous ne sommes au courant de rien, je me renseigne. »
Nous en sommes là. Mais si le projet reste en l’état, nous n’en resterons pas là !

Robert ALFONSI

Complètement « perché »

Je lisais l’autre soir le communiqué de l’Elysée commentant les chiffres du chômage du mois de novembre. Drôle de lecture, en vérité. On y lit que l’inversion s’amorce et que si l’amplification de la reprise de la croissance est au rendez-vous, ça ira mieux. Un gros feuillet de langue de bois dont on pourrait sourire, s’il ne s’agissait de la vie de millions de compatriotes dans la mouise.

Regardez les courbes : en fait, le chômage semble perché pour encore un moment à un haut niveau et ne semble pas sensible aux différentes politiques censées le faire descendre.

Avez-vous remarqué ? On entend à nouveau un peu partout, notamment chez des gens très bien jouant aux rebelles (ah… ces jeunes PDG qui parlent de leur« meuf »…) le mot « perché » dans son sens populaire de personne hagarde ou un peu barrée. Une collègue chroniqueuse au magazine M m’a fait remarquer sa réapparition comme un anachronisme au milieu des anglicismes high-tech.

Lire la suite de l’article de Didier Pourquery

La presse face aux défis du web

Le web est mis en cause par la presse papier pour justifier de ses difficultés. Et c’est vrai qu’il constitue un profond changement. Mais quel changement, précisément ? Et comment les entreprises de presse s’y adaptent-elles ?D’abord, quels étaient les métiers de la presse avant le développement du web ? En tant que média, la presse relayait les annonces du gouvernement, de l’INSEE, des grosses sociétés, des syndicats, etc. Comme la télévision ou la radio. Mais chaque média avait sa spécificité. La presse, média écrit, pouvait être plus exhaustive que la radio ou la télévision. La radio étant le média de l’instantanéité (ce que la presse a été avant l’apparition de la radio, avec des éditions spéciales tout au long de la journée en cas de besoin), et la télévision le média du reportage, du débat, de l’image.

La presse était aussi un vecteur de petites annonces, ce qui la faisait vivre. Deux types d’annonces en particulier : les annonces immobilières, et les offres d’emplois, ces dernières incluant des offres de postes très qualifiés, qui se retrouvaient dans le Figaro économie par exemple.

Le web a changé deux choses. D’abord, plus besoin d’intermédiaire pour avoir certaines infos : celles en provenance du gouvernement ou des ministères, qui ont leurs sites web. Celles en provenance de l’INSEE, ou d’autres organismes, ou en provenance des grandes entreprises, des syndicats, de l’OCDE, etc. Mine de rien, cette fonction de transmission d’information représente une part importante de l’activité de la presse. Cette fonction d’agrégation de contenus existe toujours. Mais, aujourd’hui, elle est remplie à un coût modique sur le web. Il suffit de payer un fil d’informations chez l’Agence France Presse (AFP) ou Reuters pour compléter.

Par ailleurs, les petites annonces se sont également dirigées vers le web, et notamment dans l’immobilier et les offres d’emplois. Tous les secteurs sont concernés, car même les journaux gratuits de petites annonces sont concurrencés, par des sites comme le Bon Coin par exemple.

La presse se trouve ainsi confrontée à … lire l’article de Vladimir Vodarevski.

Fin des extensions… Bonne résolution !

Autant le dire d’emblée, il ne sera pas ici question de ces prothèses capillaires propres à rallonger les chevelures des belles comme par magie (alors qu’il s’agit d’une fastidieuse opération). Je suis mal placé pour parler de ce sujet. Comme disait ma grand-mère, « on ne parle pas de corde dans la maison d’un pendu ». Observons plutôt des extensions de sens abusives – tirées par les cheveux, certes – contre lesquelles l’Académie française, en sa rubrique numérique « Dire, ne pas dire », nous met en garde ; et rendons à nouveau hommage à ce site Internet essentiel et ludique. Au fait, extension vient, sans surprise, du latin extensio (étendue, allongement, amplification) lui-même dérivé du verbe extendere (étendreallonger). Et si, pour bien commencer 2014, nous prenions la résolution de laisser aux mots leur usage habituel, sans trop tirerdessus ?

Lire la suite de l’article de Didier Pourquery

Les mots de l’année : Twerk, mensonge, quinoa

Je suis sûr que pour beaucoup d’entre vous cette information est passée inaperçue, mais 2013 a été l’année internationale du quinoa . Une année tout ce qu’il y a de plus officielle, décidée par l’ONU en son Assemblée générale, avec la FAO (Food and Agriculture Organization) en appui, pour promouvoir cette graine andine prisée des post-bobos, les hipsters. Elle est petite mais désormais mondiale et pleine de bonnes choses, y compris de bonne conscience. Elle peut contribuer à sauver la planète si on la cultive sur d’autres continents. Une merveille.

A l’autre bout du spectre, un mot nul, inintéressant, superficiel et vulgaire : le « twerk », cette danse lascive et provocante qui a tourné sur les réseaux sociaux….

lire la suite de l’article de Didier Pourquery

Etes-vous natalophobe ?

En plein mois d’octobre, ce courriel d’un voyagiste me promet « la magie des marchés de Noël jusqu’à -70 % ». Pour m’appâter un peu plus, il clame : « A l’approche du mois de décembre, une euphorie générale envahit les rues et les cœurs ! » Euh… désolé. Je suis sur le mauvais fichier de prospects. Je n’aime pas Noël. Je suis « natalophobe » (les cruciverbistes adorent ce genre de mot). Et plus vous m’en parlerez tôt, plus je me sentirai mal. Parfois même, dès la fin de l’été, on entend cette terrible question : « Et pour Noël, tu fais quoi cette année ? »

Je ne suis pas le seul à l’avoir noté, c’est l’incipit d’un ouvrage épatant que vous devriez touslire - et offrir - ô mes compagnons en natalophobie ! Son titre est clair, Au secours, Noël revient ! (Editions Le Publieur). Je connais son auteur. Je réponds de lui. Vincent Bouffard est un grand connaisseur de santons, de sapins et de réveillons interminables, un fin humoriste dans la veine d’Alphonse Allais. « Si, quand apparaissent les premières illuminations municipales, vous commencez à broyerdu noir, ce livre est pour vous », écrit-il. Il tient son propos jusqu’au bout, sansfléchir. C’est bon de se sentir compris.

Que l’on m’entende bien…lire la suite de l’article de Didier Pourquery

 


Archives