Archive pour la catégorie ‘Non classé’

Journées du Patrimoine à Châteauvert

Journées du Patrimoine à Châteauvert

Juste un mot: « J’aime »

« J’aime les socialistes » s’est exclamé le premier ministre dimanche dernier à La Rochelle. « J’aime l’entreprise » a-t-il aussi martelé lors d’une autre université d’été, celle du Medef celle-là le 27 août (ajoutant « il n’y a pas d’emploi sans employeurs »…)

Ce à quoi Martine Aubry n’a pas manqué de rétorquer mardi 2 septembre : «moi aussi j’aime l’entreprise. J’y ai travaillé, contrairement à d’autres». Sans commentaire…

J’aime ! A ceux qui penserait que l’argumentation est un peu courte, digne d’un clic de souris sous un statut Facebook, ou d’un motif de tee-shirt, il convient d’expliquer que c’est ainsi que souvent l’on fait de la politique. J’aime/J’aime pas. Pour marquer les esprits, il faut faire court et direct. Simplicité et émotion. Et pas seulement en politique.

Le champion du monde de judo Terry Riner, après avoir remporté son septième titre commente sobrement sur BFMTV, où on lui demande s’il n’est pas lassé de tout gagner : « moi, j’aime la bagarre, le fight ». Ceux qui pensaient qu’il préfère la broderie sont rassurés.

De même l’actrice Kristen Stewart, connue pour Twilight et le récent SiLs Maria, explique au magazine Interview : « j’aime faire des blockbusters, j’aime que tout le monde voit ce que je fais ». Voilà ce qu’elle aime, cette princesse des écrans. Ce n’est pas bien compliqué, non?

Lire la suite de l’article de Didier Pourquery

Réforme des professions règlementées. Le notariat français est aujourd’hui en danger.

Les chiffres clés : 197 Notaires dans le Var. 800 collaborateurs dans le Var. 9541 Notaires sur tout le territoire national. 47 714 collaborateurs travaillant dans les études de notaires

La déréglementation entraînerait une suppression de 10 000 à 12 000 emplois en France.

Le gouvernement souhaite déréglementer la profession des Notaires avec des conséquences qui seront lourdes pour tous.

- S’attaquer aux Notaires, c’est se lancer dans une entreprise de démolition. L’instrumentalisation du pouvoir d’achat des français par le gouvernement est hypocrite. Les frais de Notaire comportent en réalité plus de 85% de taxes, taxes que l’état a augmentées au mois de mars. La rémunération représente moins de 1% du prix d’achat du logement.

- S’attaquer aux Notaires, c’est mettre à mal la sécurité juridique en France. Le notariat français permet d’assurer une sécurité juridique absolue en France, notamment en droit de la propriété. Les Notaires sont garants de cette sécurité. Les Notaires français dressent, au nom de l’Etat, des actes qui sont incontestables juridiquement et conservés, le tout dans une sécurité absolue. Avec les risques de la loi du plus fort et de la judiciarisation de la société.

- S’attaquer aux Notaires, c’est détruire un service public républicain. Les Notaires sont les garants du service public français. Les Notaires sont au service des Français, nommés par le Garde des sceaux. Chaque année, près de 4 millions d’actes sont reçus, dressés et conservés et 20 millions de français se présentent devant le Notaire. Le Notaire est le garant des principes fondamentaux d’équilibre des contrats, de prévention des conflits et de preuve des droits de chacun d’entre nous lors de l’acquisition d’une propriété ou de sa transmission. La pratique apaisée du droit mise en œuvre quotidiennement par le Notaire se traduit par un très faible taux de contentieux et participe à la maitrise du budget de la justice (0,6% du PIB en France contre 2,6% aux USA).

- S’attaquer aux Notaires, c’est prendre le risque de gripper un modèle qui marche. Sous couvert d’ouverture à la concurrence et de modification du tarif, aux Pays Bas la libéralisation du tarif n’a pas fait baisser les prix, sauf pour les actes les plus importants au bénéfice des entreprises et des personnes aisées. En Chine, depuis 2007, les Notaires français ont aidé Pékin à mettre en place un système notarial calqué sur notre modèle français et ont formé plus de 4000 notaires chinois.

- S’attaquer aux Notaires, c’est affaiblir le financement de notre économie. Les Notaires de France collectent, sans coût pour l’état, 22 milliards d’euros d’impôts tous les ans. Les fonds déposés chez les Notaires sont, d’une part, sécurisés par leur dépôt à la Caisse des dépôts, et d’autre part, permettent de contribuer de façon très importante à la trésorerie de cette institution. Il y a un risque que la réforme ampute la capacité de la Caisse des Dépôts à financer l’économie française, en priorité les PME et TPE de nos territoires. Avec les conséquences directes sur les créations, voire le maintien de l’emploi dans les TPE et les PME françaises, mais aussi sur le financement des projets des collectivités locales. Le notariat participe à la moralisation de la vie des affaires et à la lutte contre le blanchiment.

Les missions du notaire : Mariage, Pacs, Achat immobilier, crédit hypothécaire, donation, statuts de sociétés civiles et commerciales, cessions de parts sociales, adoption, bail d’habitation, bail rural, bail commercial, cession de fonds de commerces, succession, création d’entreprise, insaisissabilité des biens immobiliers, mandat de protection, servitudes, convention d’indivision, transmission d’entreprises, dépôt de pièces…

Le Notaire dans toutes ses matières et bien d’autres, rédige avec clarté les engagements des parties, sait conseiller utilement dans les domaines traditionnels du droit.

La vocation du Notaire est d’accompagner leurs clients tout au long de leur vie. Vie personnelle mais aussi vie professionnelle notamment lorsqu’elle se traduit par le démarrage d’une activité, sa transformation ou encore au déplacement au delà des frontières.

Qu’est ce qu’un Notaire ? : D’après l’ordonnance du 2 novembre 1945, le Notaire est un Officier Public établi pour recevoir tous les actes et contrats auxquels les parties doivent ou veulent faire donner le caractère d’authenticité attaché aux actes de l’autorité publique et, pour en assurer la date, en conserver le dépôt, en délivrer des copies exécutoires.

Le Notaire est investi d’une mission légale pour laquelle l’Etat Français lui délègue une partie de sa puissance publique et de son autorité qui se révèle par la force particulière des actes qu’il reçoit et, est nommé par le Ministre de la Justice.

Les conseils du notaire : gratuité, service public et proximité

Les honoraires du notaire : Pour tous les actes réalisés, le Notaire est tarifé par décret pour la quasi-totalité des taches qu’il accomplit et s’engage auprès des clients en signant avec eux tous les actes. Pour certains actes qui ne sont pas prévus au tarif légal, les honoraires sont préalablement discutés et acceptés par le client.

La slow economy ou le localisme économique

L’émergence des différents courants slow dessine les contours d’une nouvelle économie.

La Slow Economy inspirée du “made in”, relocalise, replace l’humain au centre des préoccupations, réhabilite le long terme et propose une approche transversale de la décélération. Raphaël Souchier, auteur deMade in Local, emploi, croissance, durabilité : Et si la solution était locale ? (Eyrolles),  est parti à la rencontre d’entrepreneurs engagés dans la voie du localisme économique.

La lettre de l’écolonomie : La décélération appliquée à l’économie mène-t-elle à une autre forme de prospérité que celle revendiquée par le capitalisme financier?

Raphaël Souchier : Au delà d’une décélération, il s’agit surtout d’un changement de paradigme. On a fonctionné sur l’idée que le progrès passait par la croissance, la consommation et le crédit. Ce modèle tourne désormais à vide. Depuis les années 80, nous assistons en effet à un décrochage de l’économie réelle, dû à la prise de pouvoir du  néolibéralisme qui prône la dérégulation des marchés financiers, de la fiscalité et des impacts sociaux et environnementaux. Le monde de la finance – désormais hors sol et tout puissant –  a besoin que les entreprises réduisent les coûts pour produire un rendement financier maximum. Après avoir rationalisé et développé la productivité, il ne reste plus, selon lui, qu’à éliminer les humains de l’économie.

Lire la suite de l’entretien avec Raphaël Souchier

 

Les centrales nucléaires vieillissantes coûtent cher.

Les centrales nucléaires vieillissantes coûtent cher
La flotte de centrales nucléaires vieillissantes de l’Union Européenne coûte et coûtera de plus en plus cher, tout en étant de moins en moins fiable et efficiente.
La flotte vieillissante de centrales nucléaires européennes subira des coupures plus prolongées au cours des prochaines années, réduisant la fiabilité des approvisionnements en énergie et coûtant plusieurs millions d’euros aux compagnies électriques.
L’énergie nucléaire fournit près d’un tiers de la production électrique de l’Union Européenne, mais les 131 réacteurs du bloc de 28 pays ne sont plus de première jeunesse depuis bien longtemps, avec une moyenne d’âge de 30 ans.
Les compagnies électriques, qui sont déjà sous le coup de la chute des prix de l’énergie et de la faible demande, veulent étendre la vie de leurs centrales aux années 2020, pour ne pas avoir à financer de nouveaux bâtiments.

La fermeture des plus anciennes centrales nucléaires n’est pas une option pour de nombreux pays européens, qui sont confrontés à une diminution de leur capacité énergétique alors que d’autres types d’usines sont fermées parce qu’elles ne peuvent pas … Lire l’article de

Petit guide pour suivre le 70è anniversaire du Débarquement de Provence

Pour vous aider à lire ce qui va se passer dans les airs et sur l’eau, voici un « petit guide » pour suivre et comprendre la revue navale

La cérémonie Internationale
Le 26 août 1944, à l’issue de violents affrontements, Toulon recouvre la liberté. C’est la première grande ville libérée en Provence par l’armée française. Les troupes françaises à forte composante coloniale, Algériens et Marocains en particulier, s’illustrent lors de cette bataille.

La cérémonie cette année rend hommage à chaque homme du débarquement, à leur courage et leur sens du devoir.

Cette année de commémoration du 70e anniversaire du débarquement de Provence, sera l’occasion de rendre hommage au courage et au sacrifice de nos soldats à travers une revue navale et un défilé aérien auxquels pourront assister les chefs d’État des pays ayant participé à ces combats. Ils seront accueillis par le Président de la République sur le porte-avions Charles de Gaulle au large de Toulon.

La revue navale et le défilé aérien se décomposent en 4 tableaux représentatifs des trois types de missions qui, de tout temps, sont menées par la marine nationale :
–  les opérations permanentes (illustrées par le tableau guerre des mines) ;
–  les opérations extérieures (illustrées par les tableaux groupe aéronaval et groupe 
amphibie) ;
–  l’action de l’État en mer (illustrée par le tableau sauvegarde maritime).

Groupe Aéronaval

DOSSIER DE PRESSE1-  2 Rafale marine et 2Super-Étendard modernisés
2-  E2CHawkeye
3-  Caïmanmarine
4-  Atlantique2
5-  2Super-Étendardmodernisé
6-  2Rafalemarine
7-  2Mirage2000N
8-  Frégate de défense aérienne Forbin
9-  Frégate anti aérienne JeanBart
10-  Frégate anti-sous-marine Jean de Vienne
11-  Frégate de type La Fayette Aconit
12-  Pétrolier ravitailleur Meuse
13-  Sous-marin nucléaire d’attaque Perle

Constitué du porte-avions Charles de Gaulle et de son escorte (sous-marin d’attaque, frégate de défense aérienne, frégate anti-sous-marine, pétrolier-ravitailleur), d’un état-major et du groupe aérien embarqué, le Groupe aéronaval (GAN) est un outil unique de projection de puissance et de maîtrise des espaces aéromaritimes.

Dès l’amorce d’une crise, il peut être pré-positionné et offrir des capacités d’intervention diverses et modulables. Il peut alors agir de manière autonome ou appuyer une force déployée à terre, dans un cadre national ou multinational. Il bénéficie par nature des avantages liés à la liberté des mers et à la mobilité.

Entre novembre 2013 et février 2014, le GAN a été déployé dans le golfe Arabo-Persique et en océan Indien:
–  1 800 catapultages effectués au cours de l’opération Bois Belleau ;
–  5 semaines d’interactions avec l’US Navy.

Porte – Avions Charles de Gaulle

debarquement8Missions
Le Charles de Gaulle permet au groupe aéronaval d’assurer les quatre fonctions opérationnelles assignées aux forces armées : dissuasion, prévention, projection et protection.

Avec ses 40 avions de combat capables d’effectuer une centaine de missions aériennes chaque jour, le porte-avions peut participer à :
–  l’attaque d’objectifs terrestres ;
–  l’attaque des forces navales à la mer ;
–  la couverture aérienne d’un théâtre d’opérations à terre ou en mer ;
–  le soutien des opérations à terre ;
–  la dissuasion nucléaire avec le missile ASMP. 
Anecdote historique 
Le porte-avions Charles de Gaulle a rejoint le groupe des prestigieuses unités porteuses de la mémoire des combats de la Libération en recevant en 2011 la fourragère aux couleurs de l’Ordre de la Libération, après le sous-marin Rubis, la corvette Aconit et l’école des fusiliers marins. 
Actualité opérationnelle 
20 novembre 2013 – 18 février 2014 : mission Bois Belleau 
Cette mission s’est caractérisée par un déploiement opérationnel de longue durée dans le golfe Arabo-Persique et en océan Indien, avec une période de 35 jours d’interopérabilité avec le carrier strike group du USS Harry S Truman. De nombreux exercices avec les pays riverains, Arabie Saoudite, Émirats arabes unis, Qatar, et des campagnes de tirs à l’étranger ont été réalisés. À cette occasion, un niveau inégalé d’échanges avec l’US Navy s’est concrétisé par l’appontage et le catapultage pour la première fois depuis le pont du Charles de Gaulle de 2 avions de chasse américains F/A-18 E.

Tradition

DOSSIER DE PRESSEEn 1996, un concours ouvert aux professionnels des arts appliqués est organisé afin de concevoir le motif du porte-avions Charles de Gaulle. Le lauréat, M. Georges Yoldjoglou, propose ainsi un motif circulaire d’argent représentant en pal une croix de Lorraine de sable, stylisée, se confondant en ancre de marine dont le diamant suggère l’étrave du bâtiment. En haut, l’inscription «Charles de Gaulle» figure en lettres capitales.
Depuis le 9 octobre 2001, la ville marraine du porte-avions français est Paris.

Caractéristiques
Admis au service actif en 2001.
Longueur : 261,50 mètres.
Largeur : 65 mètres.
Tirant d’eau : 12,50 mètres.
Vitesse maximale : 27 nœuds.
Déplacement : 42 500 tonnes.
Autonomie entre deux ravitaillements : 45 jours.
Équipage : 1900 personnes lors d’un déploiement opérationnel (Charles de Gaulle, 1200 – groupe aérien embarqué, 600 – état-major de conduite du groupe aéronaval, 100).

 

 

Rafale marine

DOSSIER DE PRESSEMissions
La marine nationale dispose d’une version spécifique du Rafale, dénommée Rafale marine. Celui-ci, opérant depuis la Base d’aéronautique navale (BAN) de Landivisiau, est un avion polyvalent doté d’une capacité d’intervention à long rayon d’action avec ravitaillement en vol. C’est un outil adaptable destiné à une grande variété de missions :
–  défense et supériorité aérienne ;
–  pénétration et attaque du sol par tous les temps ;
–  capacité de ravitailleur ;
–  attaque à la mer et à distance de sécurité ;
–  reconnaissance tactique et stratégique ;
–  dissuasion nucléaire. 
Le porte-avions pouvant naviguer dans un espace sans frontières et parcourir jusqu’à 1 000 kilomètres par jour, il permet au Rafale marine d’agir en tout point du globe, sous faible préavis, en s’exonérant des contraintes diplomatiques ou géographiques. 
La marine nationale possède actuellement 36 Rafale marine. 
Anecdote historique 
Créée sur la BAN d’Hyères le 1er août 1948, la flottille 12F est l’héritière de l’AC 2, née en 1938. Elle reprend le fameux canard au tromblon dessiné par le maître Dupont et arbore la fourragère de la Croix de guerre 1939-1945, en souvenir de sa participation aux combats aux Pays-Bas, au début de la seconde guerre mondiale. 
Actualité opérationnelle 
D’octobre 2010 à février 2011 : la flottille 12F embarque à bord du Charles de Gaulle afin de participer à la mission Agapanthe de lutte contre le terrorisme, contre la piraterie en mer, et de soutien aux opérations en Afghanistan. 
De novembre 2013 à février 2014 : la flottille 12F a été engagée au sein du groupe aéronaval dans le cadre de l’opération Bois Belleau, opération de maîtrise des espaces aéromaritimes stratégiques, de connaissance et d’anticipation en zones de crises potentielles et de coopération régionale. 
Caractéristiques 
Longueur : 15,27 m ; envergure : 10,80 m.
Masse (à vide) : 9,6 t ; masse maxi décollage : 24,5 t.
Emport carburant (hors ravitaillement en vol) : en interne : 4,8 t ; maximal : 6,7 t.
Vitesse maximale : Mach 1,8.
Moteur : 2 réacteurs Snecma M88-2.
Armement air-air : 1 canon Nexter DEFA 30 M791, missiles MBDA MICA.
Armement air-sol : bombe guidée Sagem Défense Sécurité AASM, missile de croisière MBDA Apache, missile de croisière MBDA SCALP-EG, missile de croisière préstratégique MBDA ASMP-A, missile antinavire MBDA Exocet AM39 B2, bombes guidées laser (GBU-12, 49, 24).

 

Super-Étendard modernisé

DOSSIER DE PRESSEMissions
Le Super-Étendard modernisé (SEM) est un avion d’assaut air- sol monoplace mis en œuvre depuis la base aéronavale de Landivisiau ou depuis le porte-avions Charles de Gaulle, par le personnel de la flottille 17F. Deux missions principales lui sont assignées :
– la projection de puissance (attaque d’objectifs terrestres, appui feu des troupes au sol, reconnaissance aérienne) ;
– la protection et le soutien des forces maritimes (reconnaissance de zone, frappes à la mer). Jusqu’à l’arrivée de l’ASMP-A (Air-sol moyenne portée) sur Rafale Marine, le SEM a contribué à la dissuasion nucléaire par sa capacité à délivrer le missile air-sol moyenne portée.
Le Super-Étendard modernisé est de plus doté de capacités d’attaque de nuit et de tir d’armes à guidage laser, ainsi que d’un système d’autoprotection contre les missiles anti-aériens.
Anecdote historique
Le premier vol de Super-Étendard (SUE) a eu lieu il y a quarante ans, en 1974. Ce mythique avion qui a connu 5 vagues de modernisation successives, compte au total 101 000 heures de vol et 24 000 appontages. L’avion sera retiré du service courant 2016, pour être progressivement remplacé par le Rafale marine.
Actualité opérationnelle
De novembre 2013 à février 2014, les SEM de la flottille 17F sont embarqués à bord du porte-avions Charles de Gaulle dans le cadre de la mission Bois Belleau. Pour la première fois, le porte-avions français et son groupe aérien embarqué sont placés sous contrôle opérationnel des États-Unis présents sur zone avec leur porte-avions USS Harry S. Truman.
Caractéristiques
Longueur : 14,31 m ; envergure : 9,60 m.
Masse (à vide) : 6,25 t ; masse maxi décollage : 11,9 t. Vitesse maximale : Mach 1,3.
Moteur : 1 réacteur SNECMA Atar 8K50 (5 t de poussée). Armements :
–  interne : 2 canons DEFA de 30 mm.
–  externe : missile MAGIC 2, missiles AM-39 Exocet, 1 missile ASMP-A, bombes lisses, bombes 
guidées laser.

 

E2C Hawkeye

DOSSIER DE PRESSEMissions
Le Hawkeye est le seul avion de guet aérien avancé embarqué au monde qui combine des capacités de détection avancée et de commandement et contrôle. Mis en œuvre à partir du porte- avions, le Hawkeye assure les missions suivantes :
– détection et coordination de plusieurs centaines de mouvements aériens dans une zone équivalente à une fois et demi la France ;
– sûreté d’une force navale contre les menaces aériennes
et de surface grâce à ses capacités de détection, d’identification lointaine, de contrôle et de guidage des avions d’interception.
Les 3 Hawkeye de la marine nationale permettent également de soutenir les missions aériennes d’interception et d’assaut contre des objectifs navals et terrestres, et de transmettre la situation tactique.
Enfin, ils servent de relais d’informations et de données au sein du groupe aéronaval, et participent aux opérations de Search and Rescue de combat et de lutte contre le narcotrafic.
Anecdote historique
La flottille 4F est l’héritière de l’aviation d’escadre créée en 1918, ce qui fait d’elle la plus ancienne flottille de l’aéronautique navale. Elle s’illustre pour la première fois durant les heures sombres de la bataille de France en 1940, avec le sacrifice d’une partie de ses équipages dans le nord de la France près de Berck-sur-Mer. La flottille participe ensuite à toutes les campagnes de 1940 à 1945 : Pays- Bas, Italie, Gibraltar, Algérie, Maroc, Syrie et libération de la France.
L’engagement de son personnel sur le front de l’Atlantique lui vaut l’attribution de la Croix de guerre 1939-1945 avec palme. La flottille porte à ce titre la fourragère verte rayée rouge avec olive.
Actualité opérationnelle
Lors de l’opération Harmattan, du 23 mars au 10 août 2011, la flottille 4F s’est particulièrement bien intégrée au sein des missions de « projection de puissance ». En sus des opérations assurant le respect de la zone d’exclusion aérienne et la coordination des moyens aériens présents, un E-2C Hawkeye s’est illustré le 20 mai 2011 en assurant le contrôle d’un raid dans la profondeur du territoire libyen. Escorté par deux chasseurs, l’équipage a effectué sa mission sous menace missile sol-air permanente.
Lors de l’opération Bois Belleau en 2013-2014, l’Hawkeye embarqué sur le Charles de Gaulle a notamment démontré qu’il était entièrement interopérable avec nos alliés américains en appontant sur le porte-avions américain USS Harry S. Truman.
Caractéristiques
Longueur : 17,7 m ; envergure : 24,6 m.
Masse (à vide) : 17,09 t ; masse maxi décollage : 23,81 t.
Vitesse maximale : 320 nœuds.
Moteur : 2 turbopropulseurs Allison T56-A-427.
Autonomie en patrouille : 6h.
Plafond : 37 000 pieds.
Équipements : système radar AN/APS-145, IFF, système de détection passive PDS, GPS.
Équipage : 2 pilotes et 3 opérateurs (un radariste, un contrôleur aérien, un spécialiste d’informations tactiques).

 

Caïman Marine

DOSSIER DE PRESSEMissions
Caïman marine est la dénomination
opérationnelle donnée au NH90. Basés sur la
base aéronautique navale d’Hyères, les Caïman
de la 31F sont des hélicoptères embarqués
multi-luttes. Ils sont notamment capables de
conduire l’ensemble des missions de combat
aéromaritime (lutte anti-sous-marine, lutte anti-surface, contre-terrorisme maritime) et ont vocation à être embarqués sur les bâtiments de la marine nationale, notamment sur la Frégate multi-missions (FREMM).
Les Caïman sont également réquisitionnés dans le cadre des missions de soutien telles que le sauvetage en mer, l’assistance aux bâtiments en détresse, les évacuations sanitaires, la logistique navale et le transport de commandos.
Anecdote historique
Après les attentats du 11 septembre 2001, les hélicoptères Lynx de la 31F sont engagés au Moyen- Orient pour les missions de lutte contre le terrorisme. Au cours des opérations Héraclès et Enduring Freedom, en escorte du Charles de Gaulle ou intégrés à la Task Force 150, ils sillonnent le golfe Persique, le golfe d’Oman et la mer d’Arabie, plus souvent armés de mitrailleuses que de sonars.
Actualité opérationnelle
Le couple formé par la FREMM Aquitaine et son Caïman embarqué a participé en avril 2014 à l’entraînement OTAN Joint Warrior 14.1.
Il s’agit d’un entraînement tactique interarmées, sous de multiples menaces, dans lequel le Royaume-Uni, les unités alliées et leurs états-majors œuvrent conjointement, en perspective de leur potentiel emploi dans le cadre d’une Task Force interarmées et interalliées.
Caractéristiques
Longueur : 19,56 m.
Masse (à vide) : 7,5 t ; masse maxi décollage : 11 t.
Vitesse maximale : 295 km/h.
Moteur : motor RTM 322 Turboméca.
Autonomie en patrouille : 4h plus 30 minutes de réserve.
Armements : torpilles MU90, missiles air/mer (ANL pour anti-navire léger), mitrailleuse de portière et fusil tireur d’élite, adaptation possible d’un kit de combat composé d’un sonar, de lance bouées acoustiques.
Équipage: 3 marins (un pilote, un coordinateur tactique/assistant pilote et un opérateur multisenseurs/treuilliste). Il peut, selon ses missions, être enrichi d’un plongeur d’hélicoptère ou d’une équipe médicale.

 

Atlantique 2

DOSSIER DE PRESSEMissions
L’Atlantique 2 (ATL2) est le seul avion en service au
 monde conçu spécialement pour la lutte anti-sous-
marine armée. Il contribue ainsi à garantir
l’autonomie et la sûreté de la Force océanique
stratégique (FOST), ainsi qu’à protéger une force
navale à la mer contre les menaces sous-marines et
de surface. Sa grande polyvalence d’emploi en fait un outil militaire particulièrement adaptable mais également un acteur efficace de l’action de l’État en mer. En effet, grâce à ses capacités de recueil de renseignement d’origine visuelle et électromagnétique, de lutte contre les menaces sous-marines et de surface (radar), et de coordination grâce à ses moyens de transmission, l’ATL2 contribue aux missions de secours maritime, de lutte contre les trafics illicites ou la piraterie.
Anecdote historique
La flottille 23F est l’héritière de la flottille de bombardement 2F qui, entre juillet 1943 et décembre 1945, est basée à Dakar Ouakam. Sous les ordres du West Africa Command, ils ont participé, du 9 au 20 mars 1945, à la plus grande chasse aux sous-marins des opérations en Afrique. Cette mission permit d’assurer la sécurité d’un grand nombre de bâtiments alliés sur un trajet de plus de 1 800 nautiques.
Actualité opérationnelle
L’ATL2 a fêté en janvier 2014 ses 3 000 heures de vol effectuées lors de l’opération Serval, au Mali, consistant principalement à mettre à profit ses capacités de reconnaissance et de guidage. Au cours de cette opération, la flottille 23F a été la première unité de patrouille maritime à délivrer une bombe guidée par laser. Elle a fourni une part significative de la capacité de reconnaissance et de guidage.
Caractéristiques
Longueur : 31,72 m ; envergure : 37,46 m.
Masse (à vide) : 25,5 t ; masse maxi décollage : 46 t.
Vitesse maximale : 648 km/h.
Moteur : 2 turbopropulseurs Rolls Royce Tyne Mk 21.
Armements : 2 missiles AM 39 ou 8 torpilles Mk 46 ou MU 90, grenades anti-sous-marines, bouées acoustiques (3 tonnes au total), torpilles, missiles anti-navires, bombes à guidage laser GBU-12. Equipage : 13 à 15 marins.

 

Mirage 2000 N

DOSSIER DE PRESSEMissions
En 1979, l’armée de l’air française commande une version biplace du Mirage 2000 destinée à l’assaut nucléaire et capable pour cela d’emporter le missile Air-sol moyenne portée (ASMP) alors en développement. Capable de voler à basse altitude et grande vitesse, le Mirage 2000 N (M 2000 N) est équipé d’un système de navigation et d’attaque basé sur le radar Antilope V, doté d’un mode suivi de terrain automatique. Cette version fut mise en service en 1988 sous sa version NK1.
La flotte a été modernisée pour doter le M 2000 N de capacités de tir air-sol d’armements classiques, avec la version NK2. Le nouveau standard NK3 est entré en service à l’été 2009. Celui-ci, permet entre autres, la mise en œuvre du nouveau missile Air-sol moyenne portée amélioré (ASMP-A).
L’escadron 2/4 « La Fayette » est stationné sur la base aérienne (BA) 125 d’Istres depuis 2011. Ses missions principales sont :
–  pénétration et attaque nucléaire tout temps, avec le missile nucléaire ASMP-A ;
–  bombardement et appui air-sol conventionnel. 
Anecdote historique 
Le 18 avril 1916, «l’Escadrille américaine» est constituée sur la base aérienne de Luxeuil par une poignée de volontaires américains attachés à la France et à ses valeurs. Cette escadrille est dès lors dénommée « Escadrille La Fayette » en hommage à cet officier français venu participer à la guerre d’indépendance américaine. Elle prend une place légendaire dans l’histoire de la Grande Guerre. 
Le Groupe « La Fayette » totalise huit citations à l’ordre de l’armée aérienne. Il porte la fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918, ainsi que la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire. 
Actualité opérationnelle 
L’EC 2/4 « La Fayette » contribue, au même titre que l’ensemble des unités des Forces aériennes stratégiques (FAS), aux fonctions stratégiques autres que la dissuasion. Le M 2000 N peut, en effet, être armé de bombes classiques et d’armement guidé laser. Les équipages s’entraînent régulièrement aux missions conventionnelles, que ce soit sur le territoire national ou en participant à de nombreux exercices interalliés (Belgique, Brésil, Canada, Egypte, Roumanie, Turquie). 
La polyvalence du M 2000 N et la réactivité des équipages et des mécaniciens des FAS sont ainsi régulièrement utilisées au profit des opérations conventionnelles. Ils ont ainsi été engagés en opérations lors de l’opération Deny-Flight en ex-Yougoslavie, où l’EC 2/4 « La Fayette » a participé à la première mission avec tir réel de l’OTAN. 
Caractéristiques 
Longueur : 14,4 m ; envergure : 9,13 m.
Masse (à vide) : 7,9 t ; masse maxi décollage : 16,5 t.
Emport carburant (hors ravitaillement en vol) : en interne : 3,1 t ; maximal : 6,2 t.
Vitesse maximale : Mach 2,2.
Moteur : 1 réacteur SNECMA M-53 P2.
Armement air-air : missile MAGIC 2.
Armement air-sol : 1 missile ASMP-A, bombes lisses, bombes guidées laser (GBU-12, 16, 24) nécessitant un dispositif illuminateur (avion ou DHY 307).

 

Frégate de défense aérienne Forbin

DOSSIER DE PRESSEMissions
Le Forbin est une Frégate de défense aérienne (FDA) de classe Horizon. Ses missions sont les suivantes :
–  capacité de commandement de la lutte anti-aérienne ;
–  contrôle de l’espace aérien interarmées ;
–  protection anti-aérienne d’un groupe aéronaval ou d’un groupe 
de bâtiments peu armés comme une force amphibie. 
Anecdote historique 
Le torpilleur Forbin s’est illustré à de nombreuses reprises lors de la seconde guerre mondiale et notamment à l’occasion du débarquement en Provence. Cet engagement exceptionnel de l’ensemble de l’équipage du Forbin lui a valu une citation à l’ordre de l’armée de mer le 29 novembre 1944. Cette dernière évoque qu’en opérations sur les côtes de Provence, le Forbin, «sous le commandement du capitaine de corvette Barthélemy, a réussi à détecter et à engager à la grenade et au canon plusieurs sous-marins ennemis. Déjouant le sillage de leurs torpilles, a mené avec précision trois attaques à la grenade et ainsi assuré la destruction certaine de deux d’entre eux dont des rescapés ont été recueillis et forcé l’abandon d’un troisième par son équipage. » 
Actualité opérationnelle 
1er décembre 2013 – 18 février 2014 : mission Bois Belleau 
Le Forbin a assuré l’escorte du porte-avions Charles de Gaulle lors de son déploiement dans le golfe Arabo-Persique et dans l’océan Indien, dans le cadre de la mission Bois Belleau en référence à une bataille de la fin de la première guerre mondiale. Il a ainsi pu assurer le commandement de la défense aérienne tout en contribuant à la défense du GAN et à la sécurisation de l’espace maritime. Il a également garanti la défense du porte-avions américain USS Harry S Truman.
Tradition

DOSSIER DE PRESSECaractéristiques
La frégate Forbin porte son nom en l’honneur de Claude de Forbin, chef d’escadre de la marine royale aux XVIIe et XVIIIe siècles. Officier de marine français du grand siècle surnommé « Chevalier de Forbin », il donne son nom à 6 navires de la marine nationale dont le dernier en date est une frégate de classe Horizon.
Sa ville marraine est Bastia.
Admis au service actif en 2010.
Longueur : 153 mètres.
Largeur : 20 mètres.
Tirant d’eau : 8 mètres.
Vitesse maximale : 29 nœuds.
Déplacement : 7 000 tonnes.
Autonomie : 45 jours.
Armement : 48 missiles antiaériens de type Aster, 8 missiles antinavires de type Exocet et torpilles de type MU90.
Équipage : 185 marins (27 officiers, 210 officiers mariniers, 46 quartiers-maîtres et matelots).

 

Frégate antiaérienne Jean Bart

DOSSIER DE PRESSEMissions
Le Jean Bart est une Frégate antiaérienne (FAA) de type F 70. Ces bâtiments spécialisés sont chargés de la direction de la lutte antiaérienne et de la conduite des opérations aériennes depuis la mer, ainsi que de la défense antiaérienne d’unités navales, y compris dans un contexte interarmées et interalliés.
Anecdote historique
Le bâtiment de ligne Jean Bart, prédécesseur du bâtiment actuel, s’est rendu célèbre en s’évadant de Saint-Nazaire le 19 juin 1940 sous le feu de l’ennemi. En effet, le Jean Bart réussit à s’extirper du piège en train de se refermer, sous le feu de la Luftwaffe et sous la menace sous-marine, pour rejoindre Casablanca. L’exploit réalisé par le Jean Bart est avant tout le fait d’un équipage qui, dans un moment dramatique, a considéré la liberté comme une valeur suprême, et sa défense comme un impératif catégorique.
Actualité opérationnelle
20 février – 5 mai 2014 : participation à l’opération Enduring Freedom
Engagée dans la Task force 150, dans le cadre de l’opération Enduring Freedom, la frégate Jean Bart a pris part à la mission de lutte contre le terrorisme et les trafics illicites sur une zone maritime s’étendant de la mer Rouge au golfe d’Oman. Son intégration au groupe aéronaval américain Bush a permis aux Jean Bart et ses marins d’accroître l’interopérabilité avec l’US Navy.
Juin 2014 : commémorations du débarquement en Normandie
Le Jean Bart a participé au dispositif de sécurité mis en place dans le cadre des cérémonies du débarquement en Normandie.

Tradition

DOSSIER DE PRESSECette frégate est le 15e bâtiment de la marine nationale à porter le nom du corsaire de Dunkerque. Au sein de la marine royale française, il met au point une tactique de guerre basée sur l’utilisation des divisions de frégates rapides et maniables, sorte de préfiguration des meutes de sous-marins de la seconde guerre mondiale.

Le symbole de l’unité est « un motif circulaire de couleur bleue portant au centre les armes de Jean Bart soutenues par une grande ancre d’argent câblée et surmontée de l’inscription en lettres capitales d’argent, disposée en bordure de part et d’autre de l’organeau de l’ancre ».
Son fanion est notamment décoré de la Croix de guerre 1939-1945, en mémoire de ses faits d’armes.
Caractéristiques
Admise au service actif en 1991.
Longueur : 139 mètres.
Largeur : 15 mètres.
Tirant d’eau : 6,50 mètres.
Déplacement : 4 220 tonnes.
Vitesse maximale : 30 nœuds.
Armement : 1 système anti-aérien SM-1 MR (rampe simple Mk 13, 38 missiles), 24 missiles anti-aériens très courte portée Mistral, 1 tourelle de 100 mm antiaérienne à cadence améliorée, 8 missiles anti navires MM 40
EXOCET, 2 canons de 20 mm F 2, 4 mitrailleuses de 12,7 mm, 1 hélicoptère de type Panther.
Équipage : 260 marins (25 officiers, 154 officiers mariniers, 71 quartiers-maîtres et matelots).

 

Frégate anti-sous-marine Jean de Vienne

DOSSIER DE PRESSEMissions
Le Jean de Vienne est une Frégate de lutte anti-sous-marine (FASM) F70, de type Georges Leygues. Sa polyvalence lui permet d’effectuer de multiples missions :
–  dissuasion : lutte anti-sous-marine en haute-mer ;
–  projection de puissance et de forces : escorte d’un groupe aéronaval autour du porte-avions Charles de 
Gaulle ou d’un groupe amphibie ;
–  connaissance et anticipation : missions de présence, de vigilance et de renseignement ;
–  missions de temps de crise : contrôle d’embargo, lutte contre la piraterie et les trafics 
illicites ;
–  missions de service public. 
Anecdote historique 
Le croiseur Jean de Vienne a été sabordé à Toulon en novembre 1942 avec le reste de l’escadre toulonnaise.
L’actuelle frégate Jean de Vienne a obtenu la Croix de guerre des théâtres d’opération extérieurs avec étoile de vermeil pour sa participation à l’opération Desert Storm (guerre du Golfe). 
Actualité opérationnelle 
Novembre 2013 – février 2014 : participation à la mission Bois Belleau 
Le Jean de Vienne a reçu, en tant qu’unité de la Task Force 473, un témoignage de satisfaction de la part du chef d’état-major des armées pour sa participation à la mission Bois Belleau menée par le groupe aéronaval en océan Indien et dans le golfe Arabo-Persique.
Tradition

DOSSIER DE PRESSECaractéristiques
La frégate porte son nom en l’honneur du général et amiral de France Jean de Vienne (1341-1396), qui entreprendra dès 1373 une réorganisation générale de la marine. Il est le premier marin français à avoir conçu et mis en œuvre une véritable stratégie navale. On lui doit la devise « A bien vienne tout ! », reprise par les équipages dont le navire porte son nom.
Le motif de l’insigne est une nef à la voile chargée d’un aigle voguant sur une mer ondée, en bas de laquelle figure la légende « Jean de Vienne ».
Sa ville marraine est Besançon.
Admis au service actif en 1984.
Longueur : 139 mètres.
Largeur : 15 mètres.
Déplacement : 3 880 tonnes et 4 830 tonnes à pleine charge. Vitesse maximale : 30 nœuds.
Autonomie : 45 jours.
Armement : 4 missiles Exocet MM 40, missiles Crotale EDIR (8 missiles + 18 en réserve), 2 systèmes Sadral (6 x 2 missiles Mistral), 1 canon de 100 mm, 2 canons de 30 mm Breda-Mauser,
2 ou 4 mitrailleuses de 12,7 mm, 2 catapultes fixes pour torpilles anti-sous-marines L 5 mod 4 ou MU 90 (10 torpilles).
Équipage: 237 marins (22 officiers, 145 officiers mariniers, 77 quartiers-maîtres et matelots).

 

Frégate de type La Fayette Aconit

DOSSIER DE PRESSEMissions
L’Aconit est une Frégate furtive légère (FLF) de type La Fayette. Bâtiment polyvalent seul ou intégré à une force aéronavale nationale ou multinationale, elle est capable de conduire les missions suivantes :
–  connaissance et anticipation ;
–  prévention des crises et conflits ;
–  souveraineté des eaux nationales ;
–  opérations spéciales ;
–  missions humanitaires. 
Anecdote historique 
La FLF Aconit est le quatrième bâtiment de la marine nationale à porter ce nom. La première Aconit, corvette des Forces navales françaises libres (FNFL), s’est illustrée dans la protection des convois de l’Atlantique Nord durant la seconde guerre mondiale. En une seule nuit, elle coule deux sous-marins allemands ce qui vaut à son commandant, le lieutenant de vaisseau Jean Levasseur, d’être décoré de l’ordre de la Libération par le général de Gaulle. Par la suite, la corvette Aconit reçoit la Croix de guerre 1939-1945 avec deux citations à l’ordre de l’armée et est également décorée de la médaille de la Résistance. L’Aconit a également participé au débarquement du 6 juin 1944 sur les plages de Normandie. 
Actualité opérationnelle 
Août – septembre 2013 : opérations en Méditerranée orientale et dans le golfe Arabo-Persique 
L’Aconit a mené des opérations de contrôle d’espaces aéro-maritimes en Méditerranée orientale, puis dans le golfe Arabo-Persique, d’août à septembre. Divers objectifs ont ainsi été formulés dans le cadre de cette mission : contrôle des informations sur les transits dans la zone, actions maritimes des pays côtiers, gestion des flux migratoires, mais aussi surveillance des trafics de drogue et d’armes. 
Tradition 
Initialement baptisée Jauréguiberry en 1996, la frégate est renommée Aconit la même année. Ce changement est lié au désarmement de la frégate F65 Aconit, et à la volonté de conserver l’appellation sur la mer de la célèbre corvette de la France libre. 
La devise du navire, « Patriam servando, victoriam tulit » (« En servant la nation, il a remporté la victoire ») est empruntée aux compagnons de la Libération.

DOSSIER DE PRESSELe motif du bâtiment, circulaire d’argent bordée d’un cordage d’or, représente une ancre de marine épargnée. Deux tiges d’aconit aux feuilles de sinople et aux fleurs d’azur viennent garnir l’ancre. De part et d’autre de cette dernière, se tiennent l’insigne de la médaille de la Libération et celle de la Croix de guerre 1939-1945.
Sa ville marraine est Chalon-sur-Saône.
Caractéristiques
Admis au service actif en 1997. Longueur : 125 mètres. Largeur : 15,40 mètres. Déplacement : 3 600 tonnes. Vitesse maximale : 25 nœuds. Autonomie : 50 jours en vivres.
Armement : 8 missiles MM40 Exocet Block III, système Crotale naval, 1 canon de 100 mm, 2 canons de 20 mm, 1 hélicoptère de type Panther.
Équipage : 132 marins (15 officiers, 70 officiers mariniers, 47 quartiers-maîtres et matelots).

 

Pétrolier ravitailleur Meuse

DOSSIER DE PRESSEMissions
La Meuse est un Pétrolier ravitailleur (PR) de classe Durance. En tant que bâtiment logistique, ses missions sont les suivantes :
–  assurer le soutien logistique des bâtiments à la mer, en
particulier du groupe aéronaval (ravitaillement en
combustibles, eau distillée, vivres, munitions,
médicaments et matériels de rechange) ; cette
manœuvre est indispensable à l’autonomie des forces
aéronavales quand elles sont déployées loin de leurs bases ; la Meuse peut ravitailler en liquide les bâtiments à la mer, soit à couple soit en flèche ; les charges lourdes (vivres, munitions, matériels) sont transférées à la mer par câble support ou par hélitreuillage ;
–  participer aux missions de service public et de représentation du pavillon français de par le monde. 
Anecdote historique 
La Meuse est le seul bâtiment à avoir participé à l’ensemble des revues navales organisées depuis son armement le 21 novembre 1980. 
Actualité opérationnelle 
Novembre 2013 – février 2014 : intégration au GAN lors du déploiement en océan Indien. Le désarmement de la Meuse est prévu en 2015. 
Tradition

DOSSIER DE PRESSELa Meuse est un cours d’eau européen de 950 km, orienté Sud-Nord et prenant sa source en France dans le département de la Haute-Marne, traversant la Belgique et les Pays Bas avant de se jeter dans la mer du Nord. Le navire est parrainé par le conseil général de la Meuse d’où il tient son nom. 
Le motif de la Meuse est une insigne circulaire en bronze bordée d’un cordage, représente un pétrolier ravitailleur voguant sur une mer au dessus duquel trois écussons figurent : les armoiries de Commercy, de Bar-le-Duc et de Verdun. 
Caractéristiques 
Admis au service actif en 1980.
Longueur : 157,20 mètres.
Largeur : 21,20 mètres.
Tirant d’eau : 10,80 mètres.
Vitesse : 19 nœuds.
Déplacement : 7 600 tonnes.
Autonomie : 9 000 milles à 15 nœuds.
Armement : 1 canon de 40 mm, 6 mitrailleuses de 12,7 mm, 2 missiles Mistral.
Équipage : 160 marins (10 officiers, 90 officiers mariniers, 60 quartiers-maîtres et matelots).

 

Sous Marin nucléaire d’attaque Perle

DOSSIER DE PRESSEMissions
Le Sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Perle est l’un des six bâtiments de type Rubis. Redoutable chasseur de sous-marins, le SNA est indispensable à la sûreté et au soutien des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins ainsi qu’à la protection d’une force aéronavale de projection.
Les SNA font peser une menace permanente grâce à leur capacité à
rallier rapidement un théâtre d’opération et à y rester longtemps,
discrètement ou, si nécessaire, plus ostensiblement. Sur toutes leurs zones d’opération, les SNA peuvent recueillir du renseignement, mener des opérations spéciales, et enfin, s’il le faut, délivrer des armes : torpilles F 17 ou missiles Exocet antinavire à changement de milieu.
Anecdote historique
En novembre 1942, l’annexion de la zone libre par l’Allemagne va entrainer le sabordage de la flotte française présente à Toulon. Le capitaine de corvette Jean L’Herminier commandant le sous-marin de « grande patrouille » Casabianca, refuse de détruire son bâtiment et brave les ordres de sabordage à l’instar de quatre autres sous-marins français. Malgré les mines et bombardements allemands, quatre des cinq sous-marins parviennent à franchir les passes du port militaire de Toulon et rallient les côtes d’Afrique du Nord où sont positionnées les forces Alliées.
Avec ces dernières, le Casabianca participe à la libération de la Corse sous les ordres du général Giraud en septembre 1943 puis prend part à de nombreuses missions de renseignement et de ravitaillement en armes et en hommes.
Le Casabianca a été désarmé en 1952 et a donné son nom à un SNA en hommage au rôle qu’il a joué durant la Libération.

Actualité opérationnelle
Le SNA Perle a « participé » au défilé du 14 juillet 2014 depuis Toulon, son port de base.
À compter de 2017, les SNA actuels de classe Rubis seront remplacés par des sous-marins nucléaires d’attaque de type Barracuda.
Tradition

DOSSIER DE PRESSECaractéristiques
Sa ville marraine est Saint-Maurice
Admis au service actif en 1993.
Longueur : 73,6 mètres.
Largeur : 7,6 mètres.
Tirant d’eau : 6,4 mètres.
Vitesse en plongée : 25 nœuds.
Déplacement : 2 400 t en surface ; 2 660 t en plongée.
Autonomie entre deux ravitaillements : 60 jours.
Armement : 4 tubes lance-torpilles de 533 mm pour torpilles F17 ou pour missiles SM-39 Exocet antinavire à changement de milieu.
Équipage : deux équipages (Bleu et Rouge) composés chacun de 8 officiers, 52 officiers mariniers et 8 quartiers maitres soit un total de 68 hommes.

 

Groupe Amphibie

DOSSIER DE PRESSE1-  Caïman marine
2-  Tigre
3-  2 Rafale marine
4-  Bâtiment de projection et de commandement Tonnerre
5-  Transport de chalands de débarquement Siroco
6-  Frégate de défense aérienne Chevalier Paul
7-  HMS Echo (Royaume-Uni)
8-  USS Mount Whitney (États-Unis)

Constitué d’un ou plusieurs Bâtiment(s) de projection et de commandement (BPC) ou de Transport de chalands de débarquement (TCD) et d’une escorte (sous-marin d’attaque, frégate de défense aérienne, frégate anti-sous-marine), pouvant embarquer une force terrestre et un groupement aéromobile (hélicoptères de l’armée de terre), le groupe amphibie contribue aux fonctions stratégiques « prévention » et « intervention ».

Un groupe amphibie est ainsi capable de :
projeter des forces par voie aérienne et maritime dans un environnement hostile ou potentiellement hostile ;
conduire des opérations de projection de force et d’assaut depuis un poste de commandement interarmées et interalliés ;
soutenir des forces déployées ;
porter assistance aux populations civiles.

En 2013, dans le cadre de la relève de l’opération Daman (Liban), le BPC Tonnerre a assuré une mission de transport opérationnel.

 

Tigre

DOSSIER DE PRESSEMissions
Le Tigre, fleuron de l’Aviation légère de l’armée de terre
(ALAT), constitue l’un des hélicoptères d’attaque les plus
modernes au monde. Hélicoptère de nouvelle génération, il
apporte puissance et précision des feux, adaptation des effets
et permanence sur la zone d’intervention. De par ses capacités
de détection, de discrimination et d’identification, il permet, de
manière presque simultanée, la destruction d’objectifs précis
jusqu’à 8 km et la neutralisation d’unités déployées jusqu’à plus de 3 km de jour comme de nuit face à une menace sol-air avérée. Il assure également la protection d’hélicoptères de manœuvre engagés (Puma, Cougar, Caïman).
Deux versions du Tigre existent : la version appui-protection (HAP) et la version appui-destruction (HAD).
Dans sa version HAP, il procure un appui feu significatif aux troupes engagées grâce à ses missiles air-air Mistral, son canon de 30 mm et ses roquettes de 68 mm.
Sa version HAD, dotée des armements HAP, est renforcée par des missiles air-sol guidés laser Hellfire II, par un viseur d’observation Strix amélioré et par un moteur à puissance augmentée.
Actualité opérationnelle
Déploiement opérationnel
Depuis 2009, le Tigre a été projeté en Afghanistan et a participé à la mission Harmattan en Libye à partir d’un bâtiment de projection et de commandement. Le Tigre est actuellement déployé au Mali.
Expérimentation du Tigre HAD sur le territoire djiboutien
Du 29 juin au 29 juillet dernier, les forces françaises stationnées à Djibouti ont procédé à l’expérimentation du Tigre version HAD sur le territoire de Djibouti. Cette campagne avait pour objet de conduire une évaluation de cette nouvelle version par « temps chaud » ainsi que de permettre aux équipages de s’approprier la machine, de rédiger les procédures particulières et de manœuvrer en conditions difficiles (environnement de sable et de poussière) afin d’atteindre une première capacité opérationnelle fin 2014.
Anecdotes
La loi de programmation militaire 2014-2019 prévoit la livraison de 21 Tigre au standard HAD, ainsi que la mise au standard HAD des 39 Tigre HAP.
Hélicoptère de nouvelle génération, le Tigre symbolise le modèle 2015 d’armée professionnelle moderne et est emblématique de la dimension européenne de l’armée de terre française. Les écoles dans lesquelles les pilotes et le personnel technico-logistique sont formés sont binationales : l’école franco-allemande du Tigre au Luc-en-Provence et l’école de formation du personnel technico- logistique de Fassberg, en Allemagne.
Caractéristiques
Longueur : 15,8 m ; diamètre rotor : 13 m.
Masse (à vide) : 3,06 t ; masse maxi décollage : HAP : 6,1 t ; HAD : 6,6 t.
Vitesse maximale : HAP : 315 km/h ; HAD : 290 km/h.
Moteur : 2 moteurs MTR 390 (MTU – Turboméca – Rolls Royce).
Armement air-air : missile Mistral.
Armement air-sol : AGM-114 Hellfire guidé laser (HAD), canon GIAT 30M781, roquettes SNEB de 68 mm.

 

Bâtiment de projection et de commandement Tonnerre

DOSSIER DE PRESSEMissions
Les Bâtiments de projection et de commandement (BPC) combinent sur une plate-forme unique de multiples fonctions, pouvant servir à la fois de porte-hélicoptères, de mise en œuvre des moyens d’assauts amphibies, d’hôpital, de moyens de commandement, et de transport de troupes.
Ils sont conçus pour :
–  projeter des forces par voie aérienne et maritime, ils 
assurent un soutien aux forces déployées ;
–  conduire des opérations de projection de force depuis un poste de commandement ;
–  soutenir des forces déployées ;
–  porter assistance aux populations civiles. 
Actualité opérationnelle 
2013 : FINUL 
En 2013, le BPC Tonnerre a appareillé en direction du Liban avec 600 militaires de l’armée de terre devant assurer la relève du contingent français de la FINUL. L’Engin de débarquement rapide (EDA-R) et les Chalands de transports de matériel (CTM) du BPC ont permis d’assurer la relève en débarquant des troupes et une importante quantité de matériel.
Tradition

DOSSIER DE PRESSECaractéristiques
L’écusson du Tonnerre est un motif circulaire qui représente sur fond indigo un dragon japonais surplombant le navire vu de proue battant les flots. L’inscription « Tonnerre » en lettres capitales de couleur or, est entourée d’un cordage de la même teinte qui englobe l’insigne de la Légion étrangère accompagné d’éclairs.
Sa ville marraine est Limoges.
Admis au service actif en 2007. Longueur : 199 mètres. Largeur : 32 mètres.
Tirant d’eau : 6,20 mètres. Vitesse maximale : 19 nœuds. Déplacement : 21 500 tonnes. Autonomie : 45 jours.
Surface du pont d’envol : 5 200 m2.
Armement : 4 mitrailleuses de 12,7 mm, 2 mitrailleuses de 20 mm, 2 affûts Simbad. Équipage : 177 marins (20 officiers, 129 officiers mariniers, 28 quartiers-maitres et matelots).

 

Transport de chalands de débarquement Siroco

DOSSIER DE PRESSEMissions
Le Transport de chalands de débarquement (TCD) Siroco permet le transport et la mise à terre par des moyens amphibies, sur une plage non préparée et en zone d’insécurité, d’un tiers d’un régiment mécanisé comprenant chars de combat, engins blindés et véhicules divers. Cette mise à terre s’effectue au moyen de chalands de débarquement. Il peut également apporter un soutien santé lors d’opérations humanitaires ou d’évacuation de ressortissants. Enfin, il assure un soutien logistique mobile lors du ravitaillement de frégates ou de réparation de petites unités.
Actualité opérationnelles
2013-2014 : opération Atalante
Le 18 janvier 2014, le Siroco a libéré 11 marins indiens du boutre Shane Hind des 5 pirates qui les retenaient en otage.
Tradition

DOSSIER DE PRESSECaractéristiques
Le Siroco porte le nom d’un célèbre torpilleur de la marine nationale. En 1939, sous le commandement du capitaine de corvette Lapébie, ce dernier détruit deux sous-marins ennemis et attaque avec succès un troisième en décembre. Participant ensuite à toutes les opérations en Manche et mer du Nord, il sombre le 31 mai 1940 à la suite d’une attaque ennemie, alors qu’il transportait vers les côtes anglaises près de 750 hommes de l’armée de terre, parmi lesquels le porte drapeau et le drapeau du 92e régiment d’infanterie.
Sa ville marraine est Marseille.
Admis au service actif en 1986.
Longueur : 168 mètres.
Largeur : 22 mètres.
Déplacement : 12 000 tonnes.
Tirant d’eau : 6 mètres.
Vitesse maximale : 20,2 nœuds.
Autonomie : 11 000 nautiques à 15 nœuds.
Armement : 3 canons de 30 mm, 4 mitrailleuses de 12,7 mm, 2 rampes doubles de missiles Mistral. Équipage: 238 hommes d’équipage (4 officiers, 30 officiers mariniers, 11 quartiers-maîtres et matelots).

 

Frégate de défense aérienne Chevalier Paul

DOSSIER DE PRESSEMissions
La Frégate de défense aérienne (FDA) Chevalier Paul a pour mission la lutte contre les menaces aériennes. Elle assure également le commandement et la coordination des opérations aériennes à partir de la mer.
Actualité opérationnelle
Août 2013 : opération en Méditerranée orientale
En août 2013, la frégate a appareillé sur alerte en direction de la Méditerranée orientale. Durant les deux mois de son déploiement dans une zone sous haute tension, elle a pu mettre en œuvre ses nombreux atouts. Grâce à ses multiples capteurs, elle a pu transmettre en permanence et en temps réel aux plus hautes autorités un panorama très complet de la situation sur zone.
Tradition
La frégate Chevalier Paul porte le nom de Jean-Paul de Saumeur, grand marin du XVIIe siècle, aussi appelé « Chevalier Paul ». Fait Chevalier de l’Ordre de Malte et commandant la flotte royale en Méditerranée, il lutte avec succès contre l’Armada espagnole lors de la guerre de Trente ans (victoire de Guetaria) et contre les pirates barbaresques (victoire de Cherchell). N’ayant jamais refusé le combat, on lui octroie une centaine de victoires. Fidèle à son engagement à l’Ordre de Malte, il lègue sa fortune aux indigents et se fait enterrer dans le cimetière des pauvres.
Caractéristiques
DOSSIER DE PRESSEDeux bâtiments ont porté ce nom, dont un contre torpilleur de la classe Vauquelin (1934-1941). Au titre des actions de ce dernier, le fanion de la frégate est décoré de la Croix de guerre 1939-1945.
Sa ville marraine est Nantes.
Admis au service actif en 2011.
Longueur : 153 mètres.
Largeur : 20 mètres.
Tirant d’eau : 8 mètres.
Vitesse maximale : 29 nœuds.
Déplacement : 6 700 tonnes.
Autonomie : 7 000 nautiques à 18 nœuds.
Armement : 2 canons de 20 mm, 2 canons de 76 mm, 8 missiles MM-40 Exocet.
Équipage : 193 marins (27 officiers, 120 officiers mariniers, 46 quartiers-maitres et matelots).


 

Sauvegarde Marine

DOSSIER DE PRESSE1-  Falcon 50
2-  Atlantique 2
3-  Panther
4-  Dauphin
5-  Frégate de type La Fayette Guépratte
6-  Patrouilleur de haute mer Commandant Birot
7-  Soummam (Algérie)
8-  Tariq Ben Ziad (Maroc)
9-  La Galite (Tunisie)
L’ensemble des moyens de la marine nationale (aéronefs et navires) participent aux missions de sauvegarde maritime (défense maritime du territoire, contrôle des approches maritimes, défense et protection des intérêts de la France en mer et à partir de la mer).
Sur l’ensemble des espaces maritimes sous responsabilité française (11 millions de km2), la marine nationale assure :
–  la lutte contre les trafics et les menaces susceptibles de venir de la mer, pêche illégale, terrorisme, narcotrafic, transport illicite de migrants (en 2013, 21 tonnes de produits stupéfiants ont été saisies par la marine nationale) ;
–  la défense de la souveraineté et des droits souverains en mer ;
–  la maîtrise des risques liés à l’activité maritime, accidents de mer, pollution, etc. 
(chaque année, près de 300 personnes sont sauvées par la marine nationale).

 

Falcon 50

DOSSIER DE PRESSEMissions
Les quatre appareils de ce type appartiennent à la flottille 24F et sont basés sur la base aéronavale de Lann-Bihoué.
Le Falcon 50 est un avion de surveillance et
d’intervention maritime qui assure des missions de
surveillance des approches maritimes, de recherche
et de renseignement, de secours maritime. Il assure
également l’ensemble des missions du volet « action de l’État en mer » : la surveillance des approches maritimes, la lutte contre les pollutions en mer, le contrôle de l’immigration clandestine, la lutte contre la piraterie et le trafic de drogue et la surveillance des pêches.
Anecdote historique
En tant que flottille de patrouille maritime, la 24F est, comme la flottille 23F, l’héritière de la flottille de bombardement 2F. Entre juillet 1943 et décembre 1945, cette dernière est basée à Dakar Ouakam et placée sous les ordres du West Africa Command. La 2F a notamment participé en mars 1945, à la plus grande chasse aux sous-marins des opérations en Afrique. Cette mission a permis d’assurer la sécurité d’un grand nombre de bâtiments alliés sur un trajet de plus de 1 800 nautiques.
Actualité opérationnelle
Dans le cadre d’une opération de lutte contre le narcotrafic aux Antilles, 7 ballots de cocaïne – soit plus de 240 kg de drogue – ont été détectés par un Falcon 50 sur une embarcation suspecte naviguant à grande vitesse. Le bâtiment a finalement été intercepté par la frégate de surveillance Ventôse.
Caractéristiques
Longueur : 18,52 m.
Envergure : 18,86 m.
Masse (à vide) : 9,15 t ; masse maxi décollage : 18,5 t.
Vitesse maximale : Mach 0,82.
Moteur : 3 turboréacteurs Garrett TF E731-3-1C/ou 3 turboréacteurs Garrett TF E731-3D-1C. Autonomie : 6 480 km.
Système d’arme : en plus des nombreuses capacités de communication dont dispose cet aéronef, l’arrière peut recevoir le matériel nécessaire aux missions de service public comme les conteneurs SAR (Search and Rescue) ; ces derniers, composés d’un nécessaire de survie dans un radeau gonflable, peuvent être largués en vol via une trappe s’ouvrant dans le plancher.
Équipage : 3 à 5 marins selon les missions ; les deux pilotes disposent d’une instrumentation articulée autour de quatre écrans multifonctions et d’un système de gestion de vol optimisé pour les vols de recherche à basse altitude.

 

Panther

DOSSIER DE PRESSEMissions
Dotée de 16 hélicoptères Panther, la flottille 36F est présente sur tous les théâtres d’opération aéromaritimes. Elle est destinée à être embarquée sur les bâtiments de la marine nationale telles les frégates de surveillance de type Floréal, ou les frégates anti-aérienne de type Cassard et de type La Fayette.
Impliqué dans les opérations de lutte au-dessus de la surface, le Panther se distingue particulièrement en lutte contre la piraterie et les trafics illicites.
Anecdote historique
Créée en 1995, la flottille 36F s’est illustrée en 1999 lors de l’intervention française au Kosovo. Elle contribue alors aux opérations de contrôle du trafic maritime autour du groupe aéronaval engagé en mer Adriatique.
Actualité opérationnelle
Dans la nuit du 14 au 15 juin 2014, la frégate de surveillance Germinal, basée aux Antilles, a saisi, grâce à son hélicoptère embarqué Panther, plus de 115 kg de cocaïne. La drogue était transportée par une embarcation de type gofast qui a été interceptée par la frégate.
Caractéristiques
Longueur : 13,68 m.
Masse (à vide) : 2,4 t ; masse maxi décollage : 4,5 t.
Vitesse maximale : 278 km/h.
Moteur : 2 Turboméca Arriel 1MN de 770 ch chacune.
Autonomie: 4,08 h.
Système d’arme : armement air/mer ou air/sol, détecteur d’alerte radar, détecteur d’alerte missile, détecteur d’alerte laser et lance-leurres.
Équipage : 3 marins.

 

Dauphin

DOSSIER DE PRESSEMissions
La flottille 35F met en œuvre des Alouette III et des Dauphin. Le Dauphin a deux missions essentielles :
–  la surveillance des opérations de catapultage et 
d’appontage de jour de nuit et la recherche et le sauvetage en mer (SAR) des pilotes au cours des missions dites « Pedro ».
–  la recherche et le sauvetage des personnes en
difficulté au large des côtes françaises dans sa
version Dauphin de service public, dans le cadre de l’action de l’État en mer. 
Anecdote historique 
Créée en 1979, la flottille 35F constitue pendant douze ans le groupe aérien du porte-hélicoptères Jeanne d’Arc dont elle porte toujours les armes. 
Actualité opérationnelle 
Durant les six derniers mois, les Dauphin de service public ont mené 136 interventions et sauvé 80 personnes.
Le Dauphin Pedro a, pour sa part, été engagé au sein du groupe aéronaval dans le cadre de l’opération Bois Belleau menée par la marine nationale dans l’océan Indien. 
Caractéristiques 
Longueur : 13,68 m.
Masse (à vide) :2,7 t ; masse maxi décollage : 4,3 t.
Vitesse maximale : 287 km/h.
Moteur : 2 Turboméca Arriel 1MN de 760 ch chacune.
Autonomie: 4h.
Equipement: un canot de sauvetage aérolargable (6 places), une paire de jumelles de vision nocturne et une paire de jumelles gyrostabilisées.
Équipage : deux pilotes, un chef cargo treuilliste et un plongeur équipé prêt à être mis à l’eau pour secourir les pilotes en cas de crash ou d’éjection.

 

Frégate de type La Fayette Guépratte

DOSSIER DE PRESSEMissions
Le Guépratte est une FLF de type La Fayette. Bâtiment polyvalent seul ou intégré à une force aéronavale nationale ou multinationale, elle est capable de conduire des missions de :
–  connaissance et anticipation ;
–  prévention des crises et conflits ;
–  souveraineté des eaux nationales ;
–  opérations spéciales ;
–  missions humanitaires. 
Actualité opérationnelle 
2011 : opération Harmattan 
L’unité s’est vue décerner la Croix de Valeur militaire avec palme de bronze pour sa participation à l’opération Harmattan, au large de la Libye, du 6 juin au 2 juillet 2011.
Tradition
Caractéristiques
Le vice-amiral Émile Guépratte (1856-1939) est une figure marquante de la marine nationale au cours de la première guerre mondiale. Après plusieurs campagnes en Afrique du Nord et en Extrême-Orient, il prend le commandement des bâtiments français durant la bataille des Dardanelles (1915), durant laquelle il se distingue par sa bravoure. Impressionnés par sa vaillance, les Anglais le surnomment le « mangeur de feu » (« Fire eater »). Il est inhumé aux Invalides.

DOSSIER DE PRESSE

 

La ville marraine du bâtiment est Metz.
Admis au service actif en 1999.
Longueur : 125 mètres.
Largeur : 15,40 mètres.
Déplacement : 3 200 tonnes.
Vitesse maximale : 25 nœuds.
Autonomie : 50 jours en vivres.
Armement : 8 missiles MM 40 Exocet Block, Système Crotale naval, 1 hélicoptère Panther gréé pour la lutte antinavire.
Équipage : 153 marins (15 officiers, 85 officiers mariniers, 53 quartiers-maîtres et matelots).

 

 

Patrouilleur de haute mer Commandant Birot

DOSSIER DE PRESSEMissions
Le Patrouilleur de haute mer (PHM) Commandant Birot est principalement chargé :
–  du déploiement en opérations extérieures dans des crises de basse intensité ;
–  de l’escorte de bâtiments en zone de crise (piraterie, terrorisme maritime) ;
–  de la surveillance des approches maritimes ;
–  du service public (sauvetage, police des mers). 
Actualité opérationnelle 
7 au 12 septembre 2013 : opération Cain 
Le Commandant Birot s’est illustré en septembre 2013 en interceptant au large de l’Algérie le cargo tanzanien Luna-S, suspecté de trafic de drogue. Cette opération a permis de retirer du trafic un record de près de 22 tonnes de cannabis. Elle a été marquée par la lutte menée par l’équipage pendant près de 4 jours contre un incendie criminel et une voie d’eau provoqués par les trafiquants pour faire sombrer le navire et détruire les preuves du trafic.
Tradition

DOSSIER DE PRESSECaractéristiques
Le bâtiment porte le nom du capitaine de frégate Roger Birot. Il assure en 1941 l’armement de la Mimosa, première corvette des FNFL, et commande le groupe des corvettes françaises de l’Atlantique. Pendant quatorze mois il a pour mission la protection des convois alliés et joue un rôle prépondérant dans le ralliement de Saint-Pierre-et-Miquelon à la France Libre (1941). Il disparaît le 9 juin 1942 avec son bâtiment torpillé par le sous-marin allemand U124.
Le blason du bâtiment fait apparaitre la silhouette du patrouilleur. Le galion, au premier plan, était l’emblème de la corvette Mimosa. La croix de Lorraine évoque également les FNFL, dont Roger Birot fut l’un des
premiers commandants d’unités. Sa ville marraine est Pessac.
Admis au service actif en 1984.
Longueur : 80,50 mètres.
Largeur : 10,30 mètres.
Tirant d’eau : 5,50 mètres.
Vitesse maximale : 22 nœuds.
Déplacement : 1 300 tonnes.
Autonomie entre deux ravitaillements : 15 jours.
Armement : 1 tourelle de 100 mm, 2 canons de 20 mm, 4 mitrailleuses de 12,7 mm, 1 système de missiles Mistral.
Équipage : 87 marins (7 officiers, 57 officiers mariniers, 23 quartiers-maitres et matelots).

 

Guerre des mines

DOSSIER DE PRESSE1-  Bâtiment base de plongeurs démineurs Pluton
2-  Chasseur de mines tripartite Capricorne
3-  HMS Quorn (Royaume-Uni)
4-  HMS Ramsey (Royaume-Uni)
Seules 20 % des 635 à 700 000 mines et munitions immergées durant la seconde guerre mondiale ont été neutralisées et détruites.
La marine nationale possède dans le domaine de la guerre des mines une expertise reconnue qui joue un rôle majeur pour :
la crédibilité de la dissuasion (sécurisation des chenaux utilisés par les SNLE lors de leurs transits entre leur base de Brest et la haute mer) ;
la sûreté de nos approvisionnements tant dans nos approches que dans nos zones d’intérêts ;
notre capacité d’intervention, lorsque les opérations se déroulent à
proximité de côtes plus sensibles au risque des mines ;
Le domaine de la guerre des mines représente aujourd’hui un état-major spécialisé, 11 chasseurs de mines et 3 groupes de plongeurs-démineurs, et leur bâtiment-base, opérant dans nos approches et dans nos zones d’intérêt partout dans le monde.
En 2013, 2 300 engins ont été neutralisés par la marine nationale.

Bâtiment base de plongeurs démineurs Pluton

DOSSIER DE PRESSEMissions
Le Pluton est un Bâtiment-base de plongeurs démineurs (BBPD) de type Vulcain. Dérivé des bâtiments de soutien de région type Chamois, ce bâtiment a été conçu spécialement pour le soutien d’un groupe de plongeurs démineurs. Le Pluton est ainsi doté du matériel pour conduire, en complète autonomie, des plongées allant jusqu’à quatre-vingt mètres de profondeur. Il s’agit d’une véritable plateforme à partir de laquelle les plongeurs démineurs opèrent en mer.
Anecdote historique
Les groupes de plongeurs démineurs ont été créés en 1955.
Actualité opérationnelle
Particularité de ce bâtiment, son commandant est également commandant du Groupe de plongeurs démineurs de la Méditerranée (GPD MED). Depuis 10 ans, ce dernier a traité plus de 6 000 munitions entre le littoral méditerranéen et la Corse, représentant un poids total de 25 tonnes.
Le GPD participe activement au sein de la force de guerre des mines à la mission de dissuasion telle que la surveillance subaquatique (sonar et plongeur) des chenaux d’accès du port de Djibouti au profit du Charles de Gaulle et des SNA.
Tradition

DOSSIER DE PRESSECaractéristiques
Admis au service actif en 1986.
Longueur : 41,60 mètres.
Largeur : 7,50 mètres.
Tirant d’eau : 3,20 mètres.
Vitesse maximale : 13,5 nœuds.
Déplacement : 409 tonnes.
Armement : 1 ou 2 mitrailleuses de 12,7 mm.
Équipage : 15 marins (1 officier, 8 officiers mariniers, 6 quartiers-maitres et matelots).
 

 

 

Chasseur de mines tripartite Capricorne

DOSSIER DE PRESSEMissions
Le Capricorne est un bâtiment Chasseur de mines de classe tripartite (CMT). Il effectue les missions suivantes :
–  détecter, localiser, classifier, identifier puis détruire ou neutraliser des mines par fonds de 10 à 80 mètres ;
–  assurer le libre accès des ports militaires et des grands ports civils français ;
–  préparer des opérations amphibies ou aéronavales auprès des forces avancées ;
–  rechercher les épaves et éliminer les engins sous-marins historiques (munitions héritées des deux guerres mondiales) dans le cadre de l’action de l’État en mer. 
Anecdote historique 
Le troisième Capricorne (1939-1941) était un chalutier de grande pêche de Bordeaux. Réquisitionné le 22 septembre 1939, il fut armé en patrouilleur auxiliaire sous le numéro P12. Il quitta son port- base de La Pallice pour rallier Casablanca et être affecté aux forces maritimes du Maroc, d’où il contribua à la surveillance des côtes espagnole et portugaise durant la campagne 1939-1940. 
L’actuel CMT Capricorne opérait sous pavillon belge sous l’appellation M918 Dianthus jusqu’en 1993 avant d’être revendu à la France en 1997. 
Actualité opérationnelle 
D’août 2013 à août 2014, le Capricorne a réalisé 650 heures de guerre des mines et éliminé 3 tonnes d’explosifs sous-marins. 
Octobre 2013 : exercice OTAN Brilliant Mariner 2013 
Au cours de cet exercice conduit en octobre 2013 au large de l’Italie, le Capricorne a, en 48 heures, découvert 17 mines à orin historiques devant le port de Cagliari (Sardaigne). Ces munitions de la seconde guerre mondiale n’avaient a priori pas été reportées jusqu’à présent.
Tradition

DOSSIER DE PRESSECaractéristiques
Admis au service actif en 1997. Longueur : 51,50 mètres. Largeur : 8,90 mètres.
Tirant d’air : 21,50 mètres. Vitesse maximale : 15 nœuds. Déplacement : 615 tonnes.
Le chasseur de mines tripartite Capricorne possède un motif circulaire sur lequel figure un capricorne enlaçant une ancre sur laquelle est apposée une mine. En lettres capitales, l’inscription « chasseur de mines » est inscrite en haut du motif tandis que le nom du bâtiment est écrit en son bas.
Sa ville marraine est Boulogne-sur-Mer.
Autonomie : 15 jours.
Armement : 1 mitrailleuse de 20 mm, 2 mitrailleuses de 12,7 mm, 2 mitrailleuses de 7,62 mm.
Équipage : 49 marins (5 officiers, 32 officiers mariniers, 12 quartiers-maitres et matelots). 

 

Participations militaires étrangères

Algérie :

DOSSIER DE PRESSENavire école LA SOUMMAM mis en service en 2006 et composé de 302 membres d’équipage.

États-Unis d’Amérique :

DOSSIER DE PRESSEBâtiment de commandement USS MOUNT WHITNEY mis en service en 1971 et composé de 300 membres d’équipage.

Maroc :

DOSSIER DE PRESSECorvette Tarik Ben Ziad mis en service en 2011 et composé de 105 membres d’équipage.

Royaume-Uni :

DOSSIER DE PRESSEChasseur de mines HMS RAMSEY mis en service en 2001 et composé de 34 membres d’équipage.

DOSSIER DE PRESSEChasseur de mines HMS QUORN mis en service en 1989 et composé de 45 membres d’équipage.

DOSSIER DE PRESSEBâtiment hydrographique et océanographique HMS ECHO mis en service en 2003 et composé de 74 membres d’équipage.

Tunisie :

DOSSIER DE PRESSEPatrouilleur LA GALITE mis en service en 1985 et composé de 47 membres d’équipage.

 

Un grand MERCI à la Préfecture du Var Monsieur le Préfet Laurent Cayrel, à la Préfecture Maritime Monsieur le vice-amiral d’escadre Yves Joly, au service communication de l’Élysée Madame Christine Durandet et à Monsieur Sébastien Bédini.

le figatelli cru continue à faire des victimes

Le doute n’est plus permis : la consommation de figatelli cru, charcuterie corse à base de foie de porc, peut transmettre le virus de l’hépatite E. Cette maladie habituellement bénigne, peut cependant engendrer de graves complications pouvant aller jusqu’à la mort (notamment chez les personnes sensibles telles que les femmes enceintes ou les personnes ayant une maladie du foie).

« Un patient en est mort récemment à Marseille. Il était atteint d’un lymphome, mais l’hépatite E a été très contributive à son décès », explique Philippe Colson, virologue au laboratoire de virologie de la faculté de la Timone à Marseille. « La victime, habitant en Corse, était un consommateur habituel de figatelli cru, comme 40 % des patients souffrant d’hépatite E en France », poursuit le spécialiste qui précise que « chaque année, 20 à 25 cas sont diagnostiqués à l’Assistance publique des hôpitaux de Marseille ». Des cas qui ont été mortels pour trois patients ces deux dernières années.

50 % d’aliments contaminés

En 2010, le Dr Colson et le Pr Gerolami, hépato-gastro-entérologue à la Conception, avaient lancé une première alerte. Aujourd’hui, ils réitèrent leur message de « ne pas consommer du figatelli cru », comme le veut une certaine tradition gastronomique. Et comme cela est encore proposé dans certains restaurants, où l’on trouve même du… tartare de figatelli.

Lire la suite de l’article de Sophie Manelli

Juste un mot: Autiste ?

Dans les commentaires politiques que je lis depuis quelque temps un mot revient sans cesse, un mot qui me trouble, me dérange : lorsqu’un éditorialiste ou un analyste qualifie quelqu’un – prenons le président de la République, par exemple – d’autiste. Cet agacement m’est venu il y a deux ans à la lecture, sur un grand site d’informations, d’un post de blog : « François Hollande est-il (quelque part) autiste ? » Depuis, je remarque que ce qualificatif revient dans des centaines de titres : « M. Hollande et l’autisme français », « Hollande autiste face à l’économie », « L’autisme comme ligne politique« , et même « François Hollande autiste sur l’entrepreneuriat » !

Je sais. C’est une hyperbole, une exagération de sens, une figure d’emphase. Je sais aussi que, si l’on commence à interdire d’utiliser les mots que l’on veut quand on veut, on tombe dans la caricature du politiquement correct. Mais « traiter » une personne d’autiste me choque. Que veut-on souligner exactement ? Il s’agit de quelqu’un qui a du mal à saisir son environnement, àcommuniquer, à parler, à écouter, à « capter » comme on dit souvent aujourd’hui. Quelqu’un de fermé, de renfermé. On comprend.

Lire la suite de l’article de Didier Pourquery

Dernière danse !

Communiqué de presse de Pierre-Jacques DEPALLENS – 17 juin 2014
Président de la Fédération du Var du Mouvement Démocrate du VAR

Comme le chante Indila l’Opéra de Toulon va voir l’ensemble de son ballet de danse disparaitre.
Nous sommes solidaires de l’équipe des ballets de l’Opéra de Toulon et de son Maitre de Ballet Eric Margouet.
Nous sommes catastrophés de voir depuis des années l’ensemble des activités du corps de ballet diminuer puis d’apprendre maintenant qu’il disparait.
C’est un part culturelle importante et rare qui va disparaitre à Toulon. Ce corps de ballet prenait une part unique dans et hors les murs de l’Opéra.
En termes plus général, préférer la sous-traitance à la création est mortifère en termes de développement et de rayonnement culturel.
Nous avions pris conscience et alerté depuis le rapport de la cour des comptes sur la gestion et les comportements directionnels, cette nouvelle décision regrettable  est un élément de plus sur la gestion et les choix artistiques.
Gestion et choix payé à 80 % par subventions publiques versées par le département du Var Conseil général  et la communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée.
Elles atteignent 9,4 M€ en 2011, soit près de 80 % d’un budget de 12 M€.
Collectivités dont les impôts ont encore augmentés récemment et qui financent ces choix.
http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Etablissement-public-de-Cooperation-Culturelle-Opera-Toulon-Provence-Mediterranee-Toulon-Var-Rapport-d-observations-definitives …
Nous rappelons les griefs principaux de ce rapport :
De plus en plus de salaires de moins en moins de spectateurs, de l’alcool sans gestion de stock (achats ventes) vendu sans licence appropriée, un directeur (ancien adjoint à la Mairie) renouvelé sans cahier des charges et sans projet culturel s’y rattachant, des financements de poste refacturé à l’Opéra par TPM pour des agents ubiquitaires, des productions dont on ne peut estimer les couts et les surcouts »

DSC03128Pierre-Jacques DEPALLENS
Président de la Fédération du Var du Mouvement Démocrate du VAR

 

16h : Vigilance météorologique ORANGE pour le Var en raison du risque pluie/inondation

Le département du Var est en vigilance météorologique ORANGE pour le risque orage et pluie/inondation tandis que le Gapeau et la Nartuby sont placés en vigilance crues JAUNE.

Le Préfet du Var appelle à la vigilance et conseille d’éviter les activités nautiques sur les rivières et de faire preuve de prudence à proximité des cours d’eau.

Prévisions et suivi de Météo France à 16h

Type de phénomène : Orages et pluie-Inondation.
Début d’évènement prévu le dimanche 15 juin 2014 à 00h00 Fin de phénomène prévue le lundi 16 juin 2014 à 00h00

Qualification du phénomène :
 Épisode pluvio-orageux actif nécessitant un suivi particulier compte tenu des cumuls et des phénomènes associés.

Situation actuelle : 
Orages de chaleur parfois très forts actuellement en cours sur les départements des Alpes Maritimes, du Var et des Alpes de Haute Provence. Ils s’estompent dans la soirée. L’épisode pluvio-orageux, objet de ce bulletin de suivi, leur succède dans le courant de la nuit prochaine.

Évolution prévue :
Une perturbation se creuse la nuit prochaine de samedi à dimanche entre Provence et Corse, générant un épisode pluvio-orageux actif. L’épisode pluvio-orageux actif débute vers le milieu de nuit de samedi à dimanche sur le Var et la Haute Corse, s’étendant en deuxième partie de nuit vers les Bouches du Rhône et la Corse du Sud.
Dimanche, après une relative accalmie en matinée sur la Provence, des phénomènes orageux intenses reprendront sur le Var et les Bouches-du-Rhône avec un risque de cellules orageuses peu mobiles et en conséquence de forts cumuls de pluies.

En Corse, les orages très présents dimanche matin sur l’ensemble des départements, affectent plutôt le nord de l’île l’après-midi.
Les quantités de précipitations seront très variables au cours de l’épisode, généralement comprises entre 30 et 50 mm mais atteignant localement 50 à 100 mm en quelques heures. Ponctuellement, de la grêle pourra être observée.

Prévisions et suivi du Service de Prévision des Crues à 16h

Tronçon : Nartuby (placé au niveau vigicrues JAUNE)
Le débit de la Nartuby est faible ce samedi 14 à 16h. Risque de montées d’eau rapides et marquées en fin d’après-midi de ce samedi et en journée de dimanche sous l’effet de pluies orageuses conséquentes annoncées. L’état initial sec du bassin amont devrait cependant limiter l’ampleur de la réaction du cours d’eau, qui devrait rester en dessous des seuils de débordements significatifs.

Tronçon : Gapeau (placé au niveau vigicrues JAUNE)
Le débit du Gapeau est faible ce samedi 14 après-midi. Risque de montées d’eau rapides et marquées en journée de dimanche sous l’effet de pluies orageuses conséquentes annoncées. L’état initial sec du bassin amont devrait cependant limiter l’ampleur de la réaction du cours d’eau, qui devrait rester en dessous des seuils de débordements significatifs.

Conséquences possibles
* De fortes précipitations susceptibles d’affecter les activités humaines sont attendues.
* Des inondations sont possibles dans les zones habituellement inondables.
* Des cumuls importants de précipitation sur de courtes durées, peuvent, localement, provoquer des crues inhabituelles de ruisseaux et fossés.
* Risque de débordement des réseaux d’assainissement.
* Les conditions de circulation routière peuvent être rendues difficiles sur l’ensemble du réseau secondaire et quelques perturbations peuvent affecter les transports ferroviaires en dehors du réseau « grandes lignes ».
* Des coupures d’électricité peuvent se produire.

Conseils de comportement
* Renseignez-vous avant d’entreprendre vos déplacements et soyez très prudents. Respectez, en particulier, les déviations mises en place.
* Ne vous engagez en aucun cas, à pied ou en voiture, sur une voie immergée.
* Dans les zones habituellement inondables, mettez en sécurité vos biens susceptibles d’être endommagés et surveillez la montée des eaux.

 


Archives